vendredi 8 mars 2019

vendredi 8 mars - l'arlésienne...

Forcément, dans la journée d'hier et dans la matinée d'aujourd'hui, j'ai essayé d'en savoir plus sur cette arlésienne "Song for Joss" - on en parle toujours, on ne la voit jamais. En vain, sauf qu'il se vérifie sa présence très significative dans les pays de l'Est.

Mais voilà tout de même une petite information récupérée à partir du questionnement suivant : "basile + baselli + galliano + musichini"...Il y est question d'un LP vinyl d'A. Musichini intitulé "Puzzle" et où "Mélodie pour Joss" figure en titre 5. Quant à R. Galliano, son nom n'apparait que comme co-compositeur. Jamais on n'entend le son de son interprétation.  

https://www.discogs.com/fr/Alain-Musichini-Puzzle/release/10864995

Tout porte à croire qu'il n'existe pas de version live, ni enregistrée de cette mélodie  par R. Galliano. Pourquoi ? Mystère. Ne faudrait-il pas pousser les investigations du côté des cassettes audio. Le temps de la préhistoire quoi !

jeudi 7 mars 2019

jeudi 7 mars - bouteille à la mer...


Au détour d'un tout récent courriel amical, une question toute simple... Du moins en apparence :"Savez-vous sur quel disque se trouve "Song for Joss" de R. Galliano ? [...] J'ai voulu écouter la version de R. Galliano ; impossible à trouver... Je ne trouve même pas sur quel disque cela peut être !"

Forcément, le défi illico a mobilisé toute mon attention. Eh bien ! Résultat : rien. Aucune interprétation de ce song par Richard Galliano ; aucun enregistrement. En revanche, internet propose quantité de partitions, plein de versions venues de l'Est, notamment de la Russie ; YouTube en propose moult interprétations souvent intéressantes.

Evidemment, je compte bien ne pas en rester là. Je sais déjà que ce "Song for Joss" a été co-composé par Richard Galliano et Alain Musichini. Je ne saurais en fixer la date de création mais on pense à une période bossa nova de ces deux accordéonistes. En tout cas, cette absence de traces sonores est fort intrigante, de même que la pléthore de partitions diffusées. Peut-être même Est-ce devenu une œuvre de concours... Je verrais assez bien celle-ci inscrite à des concours russes ou ukrainiens par exemple.

A suivre !

mercredi 6 mars 2019

mercredi 6 mars - ...à propos de l'album "le pari des bretelles"

J'ai dit il y a peu toute la haute estime en laquelle je tiens un disque que je viens de découvrir grâce au responsable disques du Parvis : "Le pari des bretelles", Mirare 2018. Quelques mots sur cette œuvre et sur mon admiration.

A l'origine du projet, l'accordéoniste Félicien Brut. Au tour de lui, un quatuor, le Quatuor Hermès. Auquel s'associe le contrebassiste Edouard Macarez. Un quintette à cordes donc autour d'un  accordéoniste. Donc, un sextuor au projet duquel s'associent disons en coulisses Thibault Perrine, compositeur, et Florent Ollivier, direction artistique et prise de son.

Un livret descriptif et explicatif donne tout son sens à l'écoute. C'est en effet un album mûrement pensé et conçu qui mérite commentaires. Un texte qui donne de la profondeur à l'écoute : studium et qui décuple le plaisir de la découverte esthétique : punctum. 

Le concept qui fonde cet album est illustré par le travail de Bartók, de Grieg, de Dvorak, de Falla, par leur mise à jour et leur écriture originale des musiques populaires, mais aussi par celui de Murena, d'Azzola, de Viseur ou de Privat. Musiques populaires et musiques savantes comme deux sources de la permanence du style musette.

De ce point de vue, qui donc propose une nouvelle rencontre entre musique savante et musique populaire, il est intéressant de découvrir pas à pas le programme de l'album, dont on doit rappeler qu'il s'agit bien d'un pari. Donc d'une démarche et d'une entreprise risquées ; en tout cas volontaristes :

- "Suite musette", composition de Th. Perrine à partir de thèmes du musette "revisités". Cinq moments jubilatoires.
- "Ouverture sur des thèmes juifs, opus 34" de S. Prokofiev.
- "Un américain à Paris" de Gerschwin.
- "Milonga del Angel" de Piazzolla.
- "Petite suite française" de  R. Galliano. Cinq moments où Galliano arrange ses propres œuvres à sa façon.
- "Flambée montalbanaise" de G. Viseur.

Soit, une suite illustrant le projet de F. Brut pour commencer - i.e. une nouvelle vie pour le musette -, puis trois œuvres illustrant la présence du musette - de l'esprit du musette - en Russie, aux Etats-Unis, en Argentine et enfin une suite française à la manière de R. Galliano. Comme une projection vers l'avenir d'un style à naitre en même temps qu'un retour vers les sources. On pense évidemment au new musette, voire au new jazz musette.

Enfin, quoi de plus musette, quoi de plus ancré dans la tradition du musette que la magnifique flambée à Montauban... La boucle est bouclée... Non ! C'est la spirale de la créativité qui est en train de se développer comme une fleur qui se déploie...

Bonne écoute !






lundi 4 mars 2019

lundi 4 mars - où il est question de quatre disques à la suite...

Trois disques édités en 2018, qui manifestent la vitalité de l'accordéon ou du bandonéon.  Trois disques caractérisés par une prise de risques délibérée. Trois disques qui feront date... Plus un quatrième que l'on peut, sans risques excessifs, qualifier de génial. En tout cas, quatre spécimens qui sont le moment avancé d'une nouvelle culture musicale qui dépasse les clivages entre musique classique ou savante et musique populaire. Une double racine !

- "Le pari des bretelles" où l'on peut relever la présence d'une suite musette (1-5) de Th. Perrine et d'une "petite suite française" de R. Galliano (9-13).
- "Piaf - Piazzolla" où l'on relève une suite de cinq titres inspirés par une lecture nouvelle de quelques chansons emblématiques de Piaf.
- "Debussy ... et le jazz", sous-titré "Preludes for a quartet" où les interprétations se renvoient l'une à l'autre comme un jeu de miroirs jusqu'à se construire comme un système, un ensemble d'interactions.

- Enfin, un quatrième disque - j'ai dit génial - de Thomas Leleu en trio :"Stories..." où l'on découvre trois titres formant suite sous le titre "Latin suite" (3-5). Mais aussi trois titres (16-18) inspirés par "les parapluies de Cherbourg" formant aussi une autre suite.

La suite comme forme à la mode ces temps-ci...

dimanche 3 mars 2019

dimanche 3 mars - ...soit dit en (re)passant...

J'ai déjà dit que pour moi la période était peu favorable à l'écoute et au commentaire de musique, en particulier à la découverte d'œuvres nouvelles. Il suffit d'un peu de patience et de curiosité... et la vie reprendra son cours...

En attendant, Françoise a reçu ce vendredi un disque de Thomas Leleu qu'elle admire sans réserve. Une admiration bien fondée qu'elle me fait partager. Admiration aussi pour son génie pour se fabriquer du temps entre deux contraintes.

Bref, sous sa conduite, je suis en train de découvrir "Thomas Leleu Trio "Stories". 


J'y reviendrai dès que l'opportunité se présentera. En attendant, pour vous donner une idée du disque, on y retrouve Tom Jobim, Kurt Weill, Carlos Gardel, Erik Satie, J Brahms, J. Kosma, M. Legrand, Barbara, Moustaki, etc... 

... Et, notons en passant que Thomas Leleu a joué avec Félicien Brut, accordéoniste et concepteur du disque "Le pari des bretelles"... Effet du hasard ? Je n'en crois rien. Plutôt un jeu d'affinités qui se manifeste dans notre choix de disques. En tout cas, des artistes qui prennent des risques !

dimanche 3 mars. - ... soit dit en passant...

Depuis quelques semaines, les circonstances me sont plutôt défavorables pour écouter de la musique, en particulier de l'accordéon, et a fortiori pour commenter mes impressions. Je fais des vœux pour retrouver bientôt et mes intérêts et, disons, ma vitesse de croisière. En attendant, juste un petit signe pour signaler un disque étonnant et remarquable.

- "Le pari des bretelles", Félicien Brut / Quatuor Hermès - Edouard Macarez / accordéon et quintette à cordes.

C'est le responsable des rayons disques du Parvis qui l'avait repéré et illico l'avait  mis en réserve à mon intention. Je l'en remercie vivement !


Un disque à la croisée des chemins : tradition musette et inspiration classique.

Dès que possible, j' y reviendrai pour justifier mon jugement. A bientôt donc...

dimanche 3 février 2019

lundi 3 février - "mare nostrum III" : notes au fil de l'écoute...

"Mare Nostrum III" est, comme son nom l'indique, le troisième opus de la série "Mare Nostrum" du trio Richard Galliano, Paolo Fresu et Jan Lundgren.

-"Mare Nostrum", 2007, ACT
-"Mare Nostrum II, 2016, ACT
-"Mare Nostrum III, 2019, ACT

Ce dernier est composé de quinze titres. Le premier est le magnifique "Blues sur Seine", sauf erreur, enregistré en 1992 par R. Galliano lui-même. On ne pouvait rêver meilleure introduction à cet album en particulier pour donner le ton, le climat ou l'atmosphère de l'ensemble des titres.

Album dont l'organisation rigoureuse se lit ci-dessous dans la liste qui fait apparaitre les compositeurs de chaque titre et donc l'articulation et la complémentarité par permutation circulaire entre les différents titres :

1. RG
2. PF
3. JL
4. Michel Legrand
5. Di Capua, A. Mazzucchi
6. RG
7. PF
8. JL
9. Quincy Jones
10. PF
11. RG
12. JL
13. PF
14. JL
15. RG

Au fil des écoutes, pour ne pas risquer d'intellectualiser mes impressions, je m'efforce de m'en tenir à noter les mots qui me viennent spontanément à l'esprit, sans souci de logique ni de justification ni d'argumentation. On n'est pas ici dans le domaine de la critique, ni de la preuve, ni de la vérité objective. Il suffit d'être au plus près de l'émotion.

Je note...

- un fil rouge : le rythme lent de la rêverie ou des songeries
- de titre en titre, travail d'appropriation des compositions de chacun des membres du trio par ses deux collègues, voire complices ; un travail de cohérence de plus de dix ans
- rôle du piano de J. Lundgren : ce que pulsation veut dire
- unité de ton : une mélancolie sans tristesse
- parcours de méditation ; sérénité, maturité, sagesse
- l'enchainement des titres comme un parcours d'évidence : rien de trop
- une ligne claire sans fioritures ni autres ornements
- l'attention qui convient à l'écoute de ce disque est ce que l'on nomme en psychanalyse une attention flottante : au détour, la découverte
- un disque lumineux tout en retenue, en mesure, en réserve : modération et modestie
- un album tout en nuances dont l'écoute requiert une attention de tous les instants

Pour l'heure, je retiens quelques notions-clés :

- appropriation, complicité, unité, cohérence
- songeries, mélancolie
- méditation, sagesse, modération
- évidence, attention