mardi 22 mai 2018

mercredi 23 mai - alerte album ! "paris by song" oboman ithursarry


Je suis en train de découvrir le dernier opus de Jean-Luc Fillon Oboman et Didier Ithursarry intitulé "Paris by song". C'est un disque que je vais apprécier - c'est sûr - de plus en plus au fil des écoutes et je sais par avance que je vais avoir du mal à m'en détacher. Déjà, on avait admiré le premier album de ce duo plus que talentueux. Juste après un concert mémorable du duo à Bourg-Saint-Andéol dans une chapelle aux murs immaculés.

Le duo donc :

- "Oboman", hautbois, hautbois d'amour et cor anglais
- Didier Ithursarry, accordéon

Leur album s'intitule "Paris by Song" et en effet c'est une déambulation à travers Paris. Départ de République, arrivée à Bastille, en passant par le Pont des Arts, Le Père Lachaise, le Grand Palais, etc... En tout onze étapes. Compositions de "Oboman", sauf le titre 3, "Moulin Rouge", composé par Didier Ithursarry. Sauf aussi le titre 7 "Rêve bohémien"  de Jo Privat. Parmi ces compositions, un hommage à Paco de Lucia. Magnifique ! Titre 5, "Casa Pepe".

Quant à moi, pour l'heure, j'écoute ce disque : hautbois et accordéon comme la rencontre d'une certaine ligne claire et d'un certain sfumato. Une complémentarité qui donne toute sa singularité et son style à cet album.

Mais, tout de suite, pour en savoir plus, deux documents :

- un document vidéo : "Pont des Arts". Durée ! 3:24

https://www.youtube.com/watch?v=_p4zwyOm7fA

- un remarquable article d'analyse critique de l'ensemble de l'album :

https://www.ledisquaire.com/accueil/18056-oboman-ithursarry-paris-by-song-3341348161358.html

mardi 22 mai - alerte vidéo ! document arte sur vincent peirani.

Juste un petit signal : Sur Arte, on peut visionner un document fort intéressant sur Vincent Peirani. Un peu moins de 60 minutes.  Un document qui mérite toute notre attention sur son style et sur sa biographie.

https://www.arte.tv/player/v3/index.php?json_url=https%3A%2F%2Fapi.arte.tv%2Fapi%2Fplayer%2Fv1%2Fconfig%2Ffr%2F076632-000-A%3Fautostart%3D0%26lifeCycle%3D1&lang=fr_FR&autostart=0&embed=0

Un remerciement à Françoise et à Jyl qui m'ont alerté sur l'existence de ce très intéressant document.

dimanche 20 mai 2018

lundi 21 mai - "pars en thèse jazz"... ce qu'en dit Françoise.

Françoise vient de finir d'écrire et de publier un article sur le dernier opus de Frédéric Viale. Un article à sa façon. Je veux dire scrupuleux, complet, analytique et synthétique. Un article qui vaut le détour. En tout cas qui donne tous les éléments pour se représenter les qualités de ce disque. Et pour avoir l'envie de se le procurer pour l'écouter ad libitum.

Avec un beau travail d'écriture : objective et personnelle. Admirative et critique.

Jugez-en par vous -même.

http://francoise-rebinguet.blogspot.fr/2018/05/frederic-viale-pars-en-these-jazz.html

dimanche 20 mai - duo peirani parisien à lons

Jeudi 17 mai, à 20h30, Espace James Chambaud à Lons (communauté d'agglomérations Pau-Pyrénées), placement libre : Concert du duo Vincent Peirani / Emile Parisien.

A peine sommes nous revenus à la maison après un détour par Trentels via Toulouse que s'offre à nous un concert qu'on ne saurait manquer, un concert du duo Emile Parisien et Vincent Peirani. Nous avons nos réservations depuis des mois. Conformément à notre habitude, disons notre stratégie, nous arrivons devant les portes de la salle une heure avant leur ouverture. C'est le prix à payer pour prendre place au premier rang, au milieu, pour s'isoler du public et pour éventuellement prendre des photos.

Ces conditions remplies, on peut réserver toute notre attention au duo.  Chemin faisant, il apparait que le concert se fonde sur des titres des albums "Thrill Box" ou "Belle Epoque ". Par exemple, "Trois temps pour Michel P..." pour le premier, ""Song of Medina" ou "Schubertauster" pour le second. J'ai aussi reconnu d'autres morceaux mais sans pouvoir ni les nommer, ni en situer l'origine. Juste de quoi les fredonner avant de prendre le fil des improvisations.

De ce concert, que dire qui ne soit dithyrambique ou admiratif à l'excès ? Que dire pour rendre compte de l'enthousiasme du public qui insiste jusqu'au quatrième rappel, lequel nous permet de découvrir une musique de film de Vincent Peirani, pleine de fraicheur à la Marc Perrone  et de créativité ? Bref, juste après Trentels, on n'est toujours pas redescendu de notre petit nuage.

21h18. On en est au début du concert. On notera qu'Emile est encore debout et qu'on ne pourrait parler quant à sa posture de contorsions, mais attendez un peu...



21h29. Le duo et ses ombres. Un quartet ?


21h31. Vincent, version janséniste. En tout cas, plutôt rigoriste. Et de fait la créativité pleine de chaleur de sa musique se fonde sur une structure plus que rigoureuse.


21h39. Voilà ! Il est dans son monde. Parfois à la limite de la transe... contrôlée.


22h16. Une attitude fréquente chez Vincent.


22h20. Complémentarité et...

22h23. Symétrie des postures.






samedi 19 mai 2018

vendredi 18 mai - festival de trentels 5/5 : a filetta fresu di bonaventura

Ce qui me frappe d'emblée alors même qu'ils prennent place et s'installent, c'est la tenue des six membres du groupe. Une rigueur impressionnante, qui se manifeste certes par leur musique même, mais aussi par leur engagement politique. Leur répertoire actuel s'inspire en effet explicitement du comportement et de l'œuvre d'Aimé Césaire et de Jean Nicoli. Deux poètes, deux insulaires. Cet ancrage revendiqué donne sa tonalité et sa profondeur à l'ensemble du concert.

Mais le groupe n'est pas seul. Avec lui, deux virtuoses avec leurs instruments respectifs : Paolo Fresu, trompette, Daniele di Bonaventure, bandonéon. Deux interprètes admirables. Certes, leur registre n'est pas exactement celui d' A Filetta, mais leur complémentarité est manifeste.

En évoquant ce concert, je me dis qu'en l'occurrence au-delà des exigences esthétiques, il y a une exigence éthique fondamentale, qui donne sens au plaisir de l'écoute. Exigence à laquelle Charlotte et Camille sont particulièrement sensibles. Voilà pourquoi nous avons une telle affection pour ce festival : "Accordéons-nous à Trentels" !






vendredi 18 mai - festival de trentels 4/5 : motion trio

Motion Trio, c'est, si j'ose dire, une machine de guerre. Ils savent tout faire et demandent à leurs instruments de savoir tout faire. Comme à des collaborateurs fidèles et dévoués. Un trio qui côtoie les sommets. Chaque fois que nous avons croisé leur route, on en est sorti secoués.

Pour ma part, je suis impressionné par leur musique même. Et, plus encore, par leur humour. Humour du groupe et humour de chacun, à sa guise. Je suis en effet très sensible à cette forme d'esprit qui se manifeste comme un fil rouge de morceau en morceau. Si bien que l'ensemble des titres est à la fois prévisible et inattendu.

Et puis, quelle complicité entre eux !

Cette année, ils reviennent à Trentels. Un vrai bonheur. D'autant plus que Charlotte et Camille ont été enchantées de les découvrir.









vendredi 18 mai 2018

vendredi 18 mai - festival de trentels 3/5 : duo bottasso

Ils sont jeunes et pleins d'énergie et de fantaisie. C'est un duo : accordéon diatonique et violon. Ce sont deux frères. L'un volubile et pas avare d'anecdotes autour des morceaux qu'ils jouent, l'autre plus discret, mais avec un regard qui n'en pense pas moins. Ils respectent la musique traditionnelle de leur région d'origine mais de manière quelque peu distanciée. Ils s'autorisent beaucoup d'audaces et c'est ce qui nous plait.

Sans compter qu'au cours du festival ils manifestent clairement leur enthousiasme et leur plaisir d'être là : ici et maintenant, avec les stagiaires et le public du festival.