dimanche 9 juin 2019

dimanche 9 juin - hasard objectif...

C'est clair, le hasard, le hasard objectif, ça existe. La preuve !

Jeudi, fin d'après midi, c'est le moment du rituel hebdomadaire à l'hyper Leclerc. Après les courses, vers 17 heures, un détour par le Parvis. Au petit bonheur la chance. D'entrée on croise le responsable du rayon de cds. Son sourire nous dit assez son plaisir de nous rencontrer. Il a à la main un disque. Il nous dit :"Vu votre goût pour l'accordéon et votre éclectisme, j'ai pensé que ça pourrait vous intéresser". En effet, bien vu. Une rencontre qui ne doit rien moins qu'au hasard. Il y a en tout cas du hasard objectif dans l'air. Il nous attendait ; on s'attendait plus ou moins consciemment à croiser son chemin.

Un disque en deux volets : "Mussorgsky Tchaikovsky Pictures / Nicola Djoric", 2019.

- M. Mussorgsky, "Pictures at an Exhibition"
- P. I. Tchaikovsky, "Children's Album"

 
 
Mais, avant de revenir à la maison, à tout hasard, un petit tour du côté de la musique de jazz et contemporaine. Bonne initiative. En effet, pas moins de cinq exemplaires attendent les amateurs au rayon des nouveautés. On aurait pu ne pas y prêter attention, déjà contents de ramener le disque d'accordéon classique à la maison. Mais une autre intuition nous a chuchoté de continuer notre quête. Cette intuition, notre obstination... du hasard ? Tout porte à penser qu'il n'en est rien.   


- "Serena Fisseau / Vincent Peirani / So Quiet", un disque ACT, 2019.

Comme programme, Vincent et sa compagne on fabriqué un album de berceuses. Celles qu'ils jouent pour leurs deux enfants et quelques amis. Musique intime. Musique pour soi. Vincent est toujours ce maître de la pulsation que l'on admire. A chaque titre sa couleur propre. Serena quant à elle chante en quatre langues : anglais, portugais, français, indonésien... Avec un égal bonheur. Un programme éclectique qui ne s'interdit aucune piste à explorer. Un disque intimiste où chaque titre donc a sa couleur propre. Amstrong, Les Beatles, Gainsbourg, Minvielle, Jobim...  Sans oublier " 3 petites notes de musique" de G. Delarue et H. Colpi qui font écho à cet autre titre "3 temps pour Michel P." de Vincent lui-même. Pour moi, un pur chef-d'oeuvre. Cet écho, un effet du hasard ? Je n'en crois pas un mot. Mais, hasard objectif, oui. Hasard quasiment produit par nos comportements  mêmes.  En fait, déterminés par notre passion pour l'accordéon et par notre complicité avec le responsable des cds.

Et d'ailleurs avez-vous remarqué comment les deux disques d'aujourd'hui devaient nécessairement se rencontrer: "Childen's Album" d'une part. "So quiet", berceuses et comptines, d'autre part.  Musique pour enfants ; en aucun cas musique enfantine. Musique pour retourner en enfance.

Pour l'heure, on en est au stade de la découverte. On y reviendra...  

mercredi 29 mai 2019

mercredi 29 mai - "summerwind"

"Summerwind", Danielsson - Fresu, ACT 2018. Contrebasse et violoncelle, trompette et fluegelhorn.

D'abord, il faut dire que je suis particulièrement touché par le son de Danielsson ou par celui de Fresu. Alors, les deux en duo ! De Fresu, je retiens ce souffle si particulier. Une ligne claire : un son qui vient de loin. Chaque note est, pour ainsi dire, mûrement pensée et réfléchie. Une tension extrême. Une démarche à la fois  tâtonnante, inquiète et déterminée. Une élaboration pas à pas...

De Danielsson je retiens ses improvisations lumineuses. Son sens de l'inattendu.  Surprise et évidence.

En écoutant ce duo, je ne sais pourquoi une expression me vient à l'esprit : chemins de mélancolie.

Mais, jugez par vous même !

https://www.youtube.com/watch?v=5-udv3ghfzw



mercredi 29 mai - "farangi, du baroque à l'orient"

"Farangi, du baroque à l'orient", Renaud Garcia-Fons, contrebasse à 5 cordes, Claire Antonini, théorbe. E-motive Records, 2019.

19 compositions originales : un travail d'orchestration remarquable. Dans la lignée, si je puis dire, des œuvres et du parcours de Renaud Garcia-Fons. "Farangi", c'est l'étranger en persan, le voyageur venu de l'Occident. Ce disque puise son inspiration à plusieurs sources : musique ancienne, baroque, Orient et Occident, jazz... Un voyage de passion et de rencontres.

La musique comme dépassement des inspirations locales. Unité et diversité. Authenticité. Exemples de titres :

"Chaconne",
Rythmes kurdes,
"Pavane du Levant"
"Comme un derviche amoureux"
"Légende persane",
"Toledo del Greco"
"Tocsin de Palmyre"

Incitation au rêve... Un disque qui montre ce que peut être une musique au delà de ses inspirations, au delà de telles ou telles cultures spécifiques, une musique du dépassement au sens dialectique du terme.

Et puis, il y a ce son unique de la contrebasse de Renaud Garcia-Fons et ses dialogues avec les cordes de Claire Antonini.

A écouter en boucle...

Pour en savoir plus... cliquez ! Quel enthousiasme... bien fondé !

http://music-actu.over-blog.com/2019/05/claire-antonini/renaud-garcia-fons-farangi-du-baroque-a-l-orient.html

Mais encore, ce document - le premier titre - sur YouTube...

https://www.youtube.com/watch?v=Vyz_RD7q8Sk



jeudi 23 mai 2019

mardi 21 mai - j'ai deux cds dans mon caddy (bis)...

Rituel. Mardi après-midi, courses alimentaires et autres à l'hyper. On charge la voiture. On parcourt les rayons du Parvis à la recherche de quelque nouveauté : cd (en priorité d'accordéon) pour moi, polars pour Françoise. Après un moment de recherche vaine, on reprend notre quête d'un autre œil.

Et notre obstination est vite récompensée. Deux disques en effet attirent notre attention. L'un du duo Lars Danielsson - Paolo Fresu, "Summerwind", l'autre de Renaud Garcia-Fons et Claire Antonini.




 Notre marché est vite fait tant nous avons d' a priori favorables pour ces artistes. Reste à trouver le temps de les écouter. Vite !


mardi 21 mai - j'ai deux cds dans mon caddy...

Rituel. Mardi après-midi, courses alimentaires et autres à l'hyper. On charge la voiture. On parcourt les rayons du Parvis à la recherche de quelque nouveauté : cd (en priorité d'accordéon) pour moi, polars pour Françoise. Après un moment de recherche vaine, on reprend notre quête d'un autre œil.

Et notre obstination est vite récompensée. Deux disques en effet attirent notre attention.


 
L'un, "Farangi / du baroque à l'orient" est de Renaud Garcia-Fons et Claire Antonini. Un disque de contrebasse à 5 cordes et de théorbe. Un disque qui fait le lien entre la musique ancienne, la musique baroque et la musique venue de l'Orient. On fait confiance !
 
L'autre est de Paolo Fresu et Lars Danielsson :"Summerwind". On fait confiance. Absolument !

mercredi 15 mai 2019

mercredi 15 mai - trois albums autour de jean-philippe rameau...

Trois albums fort intéressants quant à leur concept et à la virtuosité de leurs interprètes...

- "Tourbillons de Rameau", Teodoro Anzellotti, accordion, 2019

- "Rameau Hier et aujourd'hui", Vincent Lhermet, accordion, 2015

- "Jean-Philippe Rameau, pièces de clavecin", Viviane Chassot, accordion, 2011

J'ai dit dans mon précédent article comment nous avons fait connaissance avec le tout récent opus de T. Anzellotti consacré à Rameau, son œuvre et sa postérité au filtre de l'accordéon de concert. Inutile de préciser que le plaisir est au rendez-vous de cette rencontre. On ne présente plus Anzellotti. Une œuvre majuscule ! La structure - le concept fondateur - de l'album est on ne peut plus claire : 27 pièces, la plus grande partie interprétée par Anzellotti lui-même, et six autres réparties sur les pièces 3, 5, 8, 10, 16,24 comme une respiration entre deux œuvres de Rameau. Un ensemble d'œuvres on ne peut plus classique et emblématique de ce compositeur. Un opus qui incite aux comparaisons et qui propose un album qui les prépare et les rend possibles. Un travail de lecture !



Mais voilà que chemin faisant, tout à mon écoute, une idée me vient à l'esprit. Il y a environ trois ans, Vincent Lhermet nous avait fait connaitre un disque dont il était le maître d'œuvre, concepteur et en grande partie interprète, un disque dont le titre dit assez l'intention et le projet :"Rameau Hier et aujourd'hui", Vincent Lhermet, accordion. Un disque  donc antérieur à celui d'Anzellotti. Un programme composé de 16 morceaux : onze compositions de Rameau et 5 œuvres contemporaines inspirées par l'œuvre de Rameau. Eternité de Rameau à qui les compositeurs d'aujourd'hui rendent hommage. Hommage vivant. Un travail de lecture.

 
 
Mais ce n'est pas tout. Comme j'ai entrepris d'écouter en lectures croisées ces deux albums et d'exploiter au mieux leur incitation à approfondir leurs propositions, me revient à l'esprit un album dont je garde un très beau souvenir : "Jean-Philippe Rameau, Pièces de clavecin", Viviane Chassot, accordion. Directement des compositions au clavecin de Rameau à l'accordéon aujourd'hui. Un accordéon précis et lumineux. Une musique intemporelle.
 
Ce disque est composé de 18 pièces. Beaucoup sont communes avec celles des deux autres albums, mais il y a surtout un passage fort étonnant et propre à exciter notre attention. Les morceaux 2 à 9 du disque de V. Chassot sont strictement les mêmes que les titres 17 à 26 d'Anzellotti. On ne peut pas ne pas les comparer. Sans forcément chercher quel est "le meilleur", mais tout au contraire en s'intéressant à la particularité de chacun.
 
En tout cas, ces trois albums sont pour moi un vrai bonheur d'écoute. La table est dressée ; reste à déguster les menus. Un vrai chemin de découverte ! Je ne sais si j'ai su communiquer mon enthousiasme ; je souhaite vous avoir donné le désir d'entamer ce parcours de comparaison.
 
 
 

dimanche 12 mai 2019

dimanche 12 mai - le dernier opus de teodoro anzellotti...

Vendredi, fin d'après-midi, au Parvis. On cherche si... par hasard... un album... nous ferait signe : ici, de l'accordéon... là, quelque chose qui attirerait notre attention : par exemple, un interprète que nous apprécions, un compositeur que nous avons envie d'écouter... Bref ! on farfouille... C'est alors que le responsable du rayon des cds de jazz et des musiques du monde vient à notre rencontre. L'air plutôt content.

"Bonjour ! Je suis content que vous soyez passés... J'ai reçu un disque dont je ne connais ni l'auteur, ni le style, mais qui pourrait vous intéresser. Je vais vous le chercher. Je l'ai mis de côté à votre intention ". Sympa...

Il revient avec l'objet : "Tourbillons de Rameau", Teodoro Anzellotti, accordion Bugari Spectrum, Music Edition, Winter et Winter, 2019 WDR.

Evidemment, on a envie de faire l'essai, sans même écouter le disque. On a confiance. On connait bien Anzellotti. On ne l'a jamais écouté en direct live, mais on a une bonne connaissance des huit disques de lui que nous avons. Sept édités sous label Winter et Winter, et un, de 1999, sous label WDR, qui semble-t-il est le même éditeur. Ce label suffirait à donner confiance. Rien que de
beaux objets culturels.

Bon ! Pour l'heure, après deux écoutes, on en est au début de la phase de découverte. C'est trop peu pour en savourer le plaisir que l'on a pris à cette écoute ; c'est assez pour se persuader que ce plaisir sera intense. J'y reviendrai donc. Mais pour l'heure quelques mots de description.

Le programme du disque comprend 27 morceaux pour une durée de 67:26 minutes. Ces 27 titres se répartissent ainsi : toutes les interprétations sont d'Anzellotti. 21 sont des interprétations de compositions de Rameau ; 6 sont des œuvres originales de 6 compositeurs contemporains qui sont pour ainsi dire des variations sur des œuvres de Rameau. Un mixte donc d'œuvres disons classiques et bien connues et, en alternance, d'œuvres, inédites, qui sont à découvrir. Ce programme est une réussite. J'y reviendrai.

En attendant, on retrouve avec bonheur dans cet album le style de T. Anzellotti. Une expression me vient à l'esprit pour le qualifier : de l'accordéon au scalpel. Peut-être faudrait-il y ajouter l'éclat du diamant et, si j'ose dire, sa rigueur classique. Avec Anzellotti, l'accordéon est vraiment un instrument polyphonique. Avec deux claviers.