mercredi 20 janvier 2016

mercredi 20 janvier - domi emorine marcel loeffler

Il y a quelques mois, Françoise avait souscrit à un appel à contribution - KissKissBank, je crois - en vue de la création d'un album par Domi Emorine et Marcel Loeffler. Et voilà que "l'objet" est arrivé dans notre boite à lettres il y a trois ou quatre jours. On ne peut plus sobre : en couverture, couleur sable délavé, les silhouettes des deux accordéonistes. C'est tout. Rien de trop. A l'intérieur, deux photos identiques des deux complices souriants. Mais aussi une photo de deux jeunes hommes, dont on découvre le nom en quatrième de couverture : Cédric Loeffler, guitare, et Gilles Coquard, basse et contrebasse. Leurs noms, me semble-t-il, aurait pu, eu égard à leur prestation, figurer aussi en couverture. A propos de quatrième de couverture, on y trouve la liste des treize titres mais, et cela manque, aucune indication de durée, information essentielle selon moi. Connaitre la durée de chaque morceau est en effet pour moi une information qui me permet de préparer mon attention et, si j'ose dire, mes attentes. Bref ! Un disque sobre jusqu'à un certain jansénisme. Comme le professait la philosophie antique : "Rien de trop ".

Et donc, j'ai écouté cet album une première fois avec beaucoup de plaisir. Une impression de grande maitrise. Une impression de vraie complicité. Et puis aussi le plaisir d'essayer d'identifier le Gadji de Marcel Loeffler ou le Piermaria de Domi Emorine. Exercice plus que difficile. Et puis, au fil de l'écoute, cette intuition qui me vient à l'esprit : "Un disque classique". Qui me vient tout à coup à l'esprit et qui m'intrigue. Je me demande ce que je veux dire ou, plus exactement, ce que ça veut dire. Bien évidemment, il ne s'agit pas d'accordéon classique. Alors quoi ? En fait, les titres sont empruntés à Marcel Azzola, à Caratini, à Ravel, à Duchemin, à G. Viseur, à C. Coréa, à Bill Evans ou encore à H. Sauguet... des compositeurs reconnus, des œuvres sinon familières du moins  bien connues : "Délicatesse", "Valse des crayons", "Le tombeau de Couperin", "Take Bach", "Douce Joie", "Spain", "Le chemin des forains", etc... Des auteurs reconnus, des titres connus, ces deux caractéristiques justifient déjà en tant que telles mon intuition. D'autant plus que les trois compositions signées de Marcel Loeffler  ne déparent pas l'ensemble.

Bref ! Si je me comprends bien, il s'agit en effet d'un disque classique en ce sens que, sans esbroufe, ni bluff, ni frime, il propose pour ainsi dire treize compositions qui pourraient bien être comme autant de références. Paraphrasant certain chef d'Etat, je peux me dire que je me suis compris.
Pour avoir une idée du style de l'album, j'ai retrouvé un document YouTube de 4:22 : il s'agit du titre 3 :"Mouvements" composé par B. Lagrène :
      
http://www.musicme.com/#/Domi-Emorine/videos/Marcel-Loeffler---Mouvements-6B6F6B704C505962754C41.html

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil