mardi 20 octobre 2015

mardi 20 octobre - raymond valli : "couleurs"

En date du lundi 12 octobre, j'avais publié un article intitulé "For Pass" qui reprenait le titre du dernier album de Raymond Valli, enregistré en 2013. Dans cet article, j'expliquais comment mon attention avait été attirée sur cet album par un entretien de F. Couvreux avec Raymond Valli, publié dans le numéro d'octobre de la revue "Accordéon et accordéonistes". Album autoproduit que j'avais commandé illico à celui-ci. J'expliquais aussi comment cet entretien explicitait au mieux mes impressions et réflexions à l'écoute du dit album : finesse du jeu de R. Valli, alternance de deux esthétiques, l'une plutôt swing manouche, l'autre plutôt jazz avec une rythmique classique basse-batterie-piano, avec Eric Soum à la guitare électrique.

Je terminais sur ce dernier paragraphe :  

"Bref ! Un album qui est pour moi une jolie découverte avec des musiciens "qui assurent", entre tension rythmiques et créativité, sans avoir l'air d'y toucher, en toute complicité. Du coup, je me dis qu'il va falloir d'ici peu que je me procure auprès de R. Valli cet album de précédent, de 2011, intitulé "Couleurs" et dont F. Couvreux signale qu'il est excellent".

Depuis, comme j'en avais dit mon intention, j'ai commandé "Couleurs" à R. Valli, je l'ai reçu, je l'ai écouté autant que possible et, si je n'ai plus le plaisir de la découverte, sauf peut-être pour les interprétations de trois œuvres d'A. Piazzolla :""Adios Nonino", "Libertango" et "Oblivion", j'ai le plaisir de la confirmation. Dans l'un et l'autre album en effet il y a un style, une manière personnelle de donner une couleur propre à des standards que l'on ne peut écouter sans tout de suite les fredonner. Un style, c'est-à-dire un phrasé et un son qui sont une signature immédiatement identifiable.

Bref ! De toute évidence, et sans qu'il soit besoin de quelque réflexion ou de quelque analyse, je sais que "Couleurs" me plait. J'y retrouve des musiciens déjà là, bien avant "For Pass" comme P. et H. Dépoire, guitares, A. Quai, contrebasse, D. Flaig, basse, ou encore Eric Soum, guitare. On sent une complicité de longue date, des heures et des heures passées à jouer ensemble. Une complicité du type :"ils se comprennent à demi-note..."

En écoutant les titres de "Couleurs", une autre évidence me vient à l'esprit, à savoir que ces couleurs sont forcément celles de l'automne. Intuition qui d'ailleurs me semble confirmée par le dernier titre :"Autum Leaves". Une couleur, une tonalité qui est aussi un état d'esprit. Presque une philosophie, une certaine façon de concevoir la vie et de se comporter.

Une dernière réflexion enfin à propos des deux albums que désormais je ne distingue plus tant ils vont ensemble comme deux volets d'un diptyque. Au fil des écoutes, je me rends compte que l'ensemble des vingt-quatre titres (12 x 2) fonctionne pour moi comme un système et pas seulement comme une simple succession de morceaux. Plutôt comme les pièces d'un puzzle. Par système, j'entends un ensemble tel que le tout est plus que la simple somme de ses parties. Dit autrement, chaque titre, pièce et non morceau, fait en quelque sorte écho à tous les autres. C'est cette interaction entre tous les titres qui fait que plus haut j'ai pu parler de style immédiatement identifiable à propos des deux albums.

Et voilà ! Je suis encore bien loin d'avoir éclairci mes premières impressions. Heureusement ! Il y a encore de belles écoutes en perspective !

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil