jeudi 27 septembre 2018

jeudi 27 septembre - lorenzo naccarato trio : "nova rupta"

Mercredi 26 septembre. 12h30. On déjeune sur la terrasse. Le fond de l'air est caniculaire. On s'est installé sous le prunier. Un arbre énorme, que l'on appelle le prunier aux six troncs. Ses feuilles tombent au moindre souffle de vent et craquent sous nos pas. Les chats des voisins - quatre chats - entourent notre table en attente de quelque morceau de viande. Ils sont écrasés par la chaleur. Ils gardent un œil éveillé pour suivre nos mouvements. Tout semble assoupi. Au ralenti ! Mouvements décomposés et étirés !

12h30. Un bruit familier nous alerte : le bruit de la porte de la boite à lettres. A l'intérieur, heureuse surprise ! Le dernier opus du Lorenzo Naccarato Trio : "Nova Rupta". Toutes affaires cessantes, on met les plats à réchauffer. Pas question d'attendre. Forcément, il faut écouter cet album. Illico et In extenso, cela va de soi. Pourquoi cet enthousiasme ? Tout simplement parce que dès notre première rencontre - en concert puis à l'écoute du premier album -  nous avons éprouvé une grande sympathie pour ce trio et pour son leader. Sympathie immédiate liée au comportement, en particulier l'enthousiasme de ces trois musiciens. Mais aussi sympathie pour la musique de Lorenzo, si pleine de vie, d'énergie et de rigueur.



Dès les premières mesures, on sait d'évidence que ce nouvel album sera pur bonheur, comme un développement et un approfondissement du premier. Continuité et esquisse de nouvelles pistes. On sent bien qu'une œuvre est en train de se fabriquer. Des idées comme une obsession créatrice et une maitrise technique qui en est comme l'instrument naturel.

Tout en écoutant les dix morceaux de l'album, je manipule et j'examine "l'objet", un objet à proprement parler culturel, pas seulement musical. Ce qui en effet me frappe, en y regardant de plus près, c'est l'articulation entre les idées, le concept, l'inspiration qui oriente cette création, et le style ou, si l'on veut, la maitrise technique de Lorenzo. Vie, souffle, mouvement... pour l'axe conceptuel ; ostinati, cellules répétitives, polyrythmie ou encore métrique asymétrique  pour la technique.

 
 
Au plan des idées ou, si l'on veut du concept qui donne leur orientation aux dix morceaux, il y a la notion de "musique cinématique". Le mouvement, geste ou émotion est au cœur de l'album. Sous cette notion, ce choix musical, il y a une véritable vision du monde, une véritable philosophie. Pour ainsi dire, l'inspiration de cet album est quasiment mystique. Quelque chose comme une vision panthéiste du monde. La nature, qui est essentiellement mouvement, est perçue comme une réalité quasi divine. La musique en est l'expression de sa quintessence.

A propos... ce n'est pas insignifiant. Lorenzo rappelle en effet que "Nova Rupta" est le nom d'un volcan des Etats-Unis situé en Alaska dont l'éruption en 1912 fut l'une des plus puissantes du XXème siècle. Un volcan et les puissances telluriques comme référence ! C'est assez dire l'ambition de Lorenzo et du trio.



Un dernier mot enfin à propos des trois membres du trio :

- Lorenzo Naccarato, piano,
- Benjamin Naud, batterie,
- Adrian Rodriguez, contrebasse.



Ami, amie, amateurs d'accordéon, vous pouvez vous étonner de ne trouver trace ici de notre instrument de prédilection. C'est qu'il s'agit ici d'une création qui me touche. Tout simplement. C'est pourquoi j'ai plaisir à partager mon enthousiasme.

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil