lundi 27 mai 2013

lundi 27 mai - duo bruno maurice - jacques di donato

J'ai hésité. J'aurais pu et peut-être dû titrer ce post : "les maîtres du suspense". Je m'explique. Dans un ouvrage célèbre, François Truffaut interviewe Alfred Hitchcock sur sa conception du cinéma et en particulier du travail du metteur en scène. En réponse à une question de Truffaut, Hitchcock développe la différence qu'il fait dans la conduite du récit entre surprise et suspense. Il y a surprise quand il ne se passe rien de spécial et que, tout à coup, boum, explosion ! Le public est surpris car l'explosion était imprévisible ; rien ne permettait de l'anticiper. Le suspense, c'est tout différent. La bombe est cachée sous la table. On a vu quelqu'un la déposer. On sait qu'elle va exploser. Oui, mais quand ? On est ainsi dans un maximum de tension. Dans le premier cas, on offre au public cinq secondes d'émotion. Dans le second, un temps indéterminé d'attente et donc d'émotion.



Eh bien, après avoir eu la chance d'écouter à quatre ou cinq occasions le duo de Bruno Maurice et Jacques di Donato, je peux dire que mon écoute est de plus en plus de l'ordre du suspense et de moins en moins de l'ordre de la surprise. D'où mon idée de titre :"Les maîtres du suspense". Je m'attends à telle surprise dans leur jeu et dans leur dialogue... Je sais que "ça" va arriver, oui... mais quand. Cette attente, c'est un plaisir rare et délicieux. C'est une manière d'aiguiser mon attention et de prendre conscience de plus en plus de la complexité de leur jeu. Sous une apparence d'évidence. Je pense par exemple à "Nuages", à "Maria de Buenos Aires" ou encore à la magnifique "Valse à Hum" dans une interprétation très contemporaine.

21h34


21h36

21h44

21h49

22h01


0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil