mercredi 13 février 2013

mercredi 13 février - à propos de deux commentaires signés Jyl

J'ai fait état hier, dans mon post daté du mardi 12 février, de commentaires que j'avais reçus à propos d'un post sur "Requiem", morceau de rap et accordéon de Manoeuvre. Je voudrais revenir maintenant sur deux commentaires nouveaux ajoutés par Jyl à la suite de ce post d'hier. Je cite :

" C'est vrai que mon commentaire était lapidaire, je m'en excuse d'autant plus que votre blog me plaît et que j'y viendrai régulièrement tout comme j'allais visiter celui de Philippe KRUMM mais il semble qu'il ne soit plus mis à jour.
J'ai trouvé amusant que vous citiez les garçons bouchers car en première intention mon post finissait en les citant mais j'ai finalement effacé car ce n'était pas vraiment du rap, peut-être étaient-ils précurseurs.
Pour Java je suis assez fan de leur album Java sur seine http://www.youtube.com/watch?v=lFKnNR0txzQ&playnext=1&list=PLEBF0D324BA05E42B&feature=results_video
au plaisir de vous lire et de partager vos découverte"

D'abord, un mot à propos de mon adjectif :"lapidaire". Je l'utilisais au sens de formulation concise et précise, sans propos superflus. Dans mon esprit, il s'agissait bien d'un jugement laudatif. Mais j'en viens à présent aux informations de ces commentaires que je voudrais répercuter et vous faire partager.

- Tout à fait d'accord avec l'idée  que les Garçons Bouchers, ce n'est pas du rap à strictement parler. Mais je suis en effet aussi d'avis qu'on peut, rétrospectivement, les considérer comme des précurseurs. Du rap avant le rap. Pas encore du rap, mais déjà quelque chose qui peut le préfigurer et lui ouvrir la voie.

- En ce moment, j'écoute "Java sur Seine" et en effet j'aime beaucoup.  Et justement, par rapport à mon propos ci-dessus, il me semble reconnaitre quelque filiation avec ces Garçons Bouchers, comme si Java assurait ce passage, cette évolution de la java et autres rythmes populaires façon musette, disons néo-musette, au rap sticto sensu.

- Ci-dessous deux liens vers l'album "Java sur Seine" :

http://www.youtube.com/watch?v=lFKnNR0txzQ&playnext=1&list=PLEBF0D324BA05E42B&feature=results_video

http://www.deezer.com/fr/album/244039

...

Et puis, il y a un autre commentaire associé à mon post daté du lundi 21 janvier et consacré à André Minvielle. Je cite :

" Vous connaissez sans doute cette petite perle pas récente mais tellement ..."

http://www.youtube.com/watch?v=IYS_6ASp7YY

Cette "petite perle", c'est un document YouTube, déposé en 2007, où l'on peut entendre et voir André Minvielle au chant et Bernard Lubat à l'accordéon interprèter "Indifférence" un jour de 1995. Minvielle a encore tous ses cheveux. Mais il est déjà Minvielle. Lubat est tel qu'en lui-même : Lubat !
C'est déjà du "muzeste"... L'esprit musette rencontre l'esprit d'Uzeste.

J'ain déjà dit maintes de fois que je considère "Indifférence" comme un chef-d'oeuvre. Cette version ne peut que me conforter dans mon jugement. Pour reprendre la notion de Roland Barthes, je dirais que lorsque j'écoute ce titre, c'est pur punctum, pure émotion. L'évidence de l'émotion esthétique.

...

Et donc, un grand merci à vous, Jyl, pour toutes ces suggestions et autres pistes...

1 commentaires:

Blogger Jyl a dit...

Je prends l'habitude de votre blog, il faut dire que d'une part vous me faite le plaisir de répondre d'autre part j'apprends énormément en parcourant vos billets. Au sujet d'Indifférence j'ai pu constater que vous aviez déjà évoqué "la chaire de poule ... " à son écoute. Je partage et je ne résiste pas à vous raconter l'anecdote suivante :
J'adore la version de Beltuner (que vous avez également déjà cité)nous écoutons cette version avec ma petite fille Justine (eh oui je suis aussi GP 60 ans en 2012) nous étendons les bras et simulons un décollage aéronautique au dessus de Toulouse, passons au dessus de nos quartiers biens connus, nous atteignons l'espace interplanétaire puis interstellaire dans lequel nous affrontons des pluies de météorites en slalomant vertigineusement au rythme des improvisations génialement hystériques de Beltuner qui a l'art ensuite de nous faire revenir avec une douceur exquise au dessus de Toulouse pour un atterrissage émouvant !

13 février 2013 à 12:50  

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil