mardi 1 mars 2016

mercredi 2 mars - five tango sensations : impressions

Eh bien voilà, je viens d'un seul mouvement d'écouter trois versions des "Five Tango Sensations" dont j'avais gardé un souvenir vif sinon précis :

- la version princeps du Kronos Quartet, le dernier enregistrement d'A. Piazzolla, 26:27,
- la version de Daniel Binelli au bandonéon avec la Camerata Bariloche, 26:48
- la version Chamber Music de l'Interensemble Padova avec Claudio Jacomucci à l'accordéon, 25:14.

Ici ou là des différences de durée importantes et sans doute significatives, mais pour l'heure je n'en tire aucune conclusion.

La version Kronos (*) correspond bien à mon souvenir : une atmosphère sombre et pesante. Un son qui, comme on dit, a du mal à sortir. Une lenteur que je qualifierais volontiers de "sombritude. On pourrait presque parler d'une composition d'outre-tombe, surtout connaissant la biographie d'A. Piazzolla. Curieusement, ce disque ne comprend que les cinq titres, ce qui n'est guère habituel quant à la durée. D'ailleurs, le disque de Binelli est d'une durée d'environ 54 minutes et celui de Jacommucci d'environ 64 minutes. A noter que ce dernier est le cd1 d'un pack de 2 d'une durée totale de 128 minutes.  

A l'inverse de la version Kronos, la version donnée par Binelli est brillante et même lumineuse. Impression que les cordes contribuent largement à construire.

Quant à la version de Jacomucci, elle aussi, elle est lumineuse avec en plus le son profond de l'accordéon.

Bref ! La version Kronos est interdite aux neurasthéniques, sauf à vouloir soigner le mal par le mal ; les deux autres versions sont de nature à plutôt remonter un moral défaillant, même si la "sombritude" qui a disparu a laissé une large place à une "gravitude" austère.

(*) Pour juger sur pièce...

http://www.deezer.com/album/360634

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil