lundi 15 février 2016

mardi 16 février - à propos de guy klucevsek et de "tales from the cryptic"

J'ai dit, dans mon article en date du dimanche 14 février comment j'avais été amené à écouter le disque de Guy Klucevsek et Phillip Johnston intitulé "Tales from the Cryptic". Un album publié par Winter et Winter en 2003. J'ai dit aussi comment je ne suis pas entré d'emblée dans la musique de ce duo accordéon-saxophones. Pour l'instant, plusieurs écoutes n'ont pas suffi pour me familiariser avec son jeu.

Cette résistance n'est pas nouvelle pour moi et autant l'accordéon de Guy Klucevsek m'intéresse et, pour ainsi dire, me met au défi de le comprendre, autant je dois dire qu'il ne m'émeut pas. Mon intérêt est d'ordre intellectuel. Mais je ne désespère pas d'en éprouver quelques émotions en y mettant l'obstination nécessaire. Avec certains albums, j'ai le sentiment d'apprendre beaucoup parce que leur écoute me permet de les situer dans des cadres déjà établis : je les reconnais comme appartenant à du déjà connu et cette reconnaissance renforce mes attentes. Pour d'autres, il y a comme une résistance. Pour mieux m'y retrouver à leur écoute, il faut que j'accepte de sortir de mes acquis, sinon de mes certitudes. Pour les apprécier, un véritable travail d'accommodation est requis. C'est une autre forme d'apprentissage.

Ce qui est curieux, c'est que cette résistance, je l'observe à l'écoute de "Tales from the Cryptic", alors même que j'ai conscience d'avoir eu l'occasion déjà d'écouter plusieurs disques de Guy Klucevsek et de m'y accoutumer. Mais le nombre ne fait rien à l'affaire.


 
 
Pour l'heure, je m'en tiens donc à l'écoute des sept premiers titres et j'en extrais trois :
 
- 2. "Tulips are better than one", 3:41
- 4. "The Gift", 5:23
- 5. "Trial by Error", 3:28
 
Et, de ces trois,  je retiens... le contraste et la complémentarité de l'accordéon et du saxophone : ligne claire de celui-ci, jeu du soufflet pour celui-là. Une atmosphère énigmatique ; une ligne mélodique difficile à anticiper : comme si le duo ouvrait des pistes sans les explorer plus avant : juste une indication de direction. Une musique plutôt méditative, mélancolique, introvertie. Bon, muni de ce bagage, dès demain je me lance dans l'écoute des huit autres titres.


0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil