dimanche 7 février 2016

mardi 9 février - accordéon et accordéonistes est arrivé-é-é...

Livraison du dernier numéro de la revue "Accordéon et accordéonistes - nouvelle formule". Février 2016, n° 160. 84 pages, 7 euros.

Pour le dire en quelques mots, cette revue est à mon sens indispensable pour qui aime l'accordéon. Mais j'observe que nombre de pages et de rubriques ne correspondent pas à mes intérêts ni à mon goût pour l'accordéon. J'ai conscience de ce fait d'être très minoritaire dans le lectorat de la revue et, plus généralement, d'être très minoritaire par rapport aux préférences des amateurs d'accordéon. Dont acte, même si je regrette que de ce fait une grande partie d'"Accordéon et accordéonistes" ne suscite chez moi qu'un intérêt très faible, voire nul : je pense à certains articles de la Gazette du Musette, trop anecdotiques et dithyrambiques à mon goût, ou à des photographies quasi interchangeables... en attendant - je suggère l'idée - que la mode des selfies ne vienne donner un style à ces images quasi pieuses.

Donc, au fil des pages et, passés au tamis de mes préférences, ce que j'ai retenu de cette dernière livraison :

- une belle photo signée Raphaël Rinaldi de Juan José Mosalini en couverture. Et un bel article signé de Françoise Jallot : "L'âme du tango selon Juan-José Mosalini". Présentation du cd/dvd "Alma de tango".
- en "Echos", Galliano et Luc à la Philharmonie. Un enthousiasme communicatif !
- un article très intéressant consacré à Jérôme Ortet, qui explique comment il a pu surmonter une dystonie de fonction.
- un dossier, signé Max Robin, intitulé "L'accordéon au rythme des guitares - une brève histoire du swing manouche". Très bien documenté.
- "Peggy et René" : je retiens cet article parce qu'il me rappelle la guinguette qui sillonne les "Nuits de nacre". Sympathique.
- en rubrique "Agenda", une pleine page pour annoncer le festival "Bouteille en bretelles". On se prend à rêver.
- en "Chroniques", une anthologie publiée par Fremeaux et Associés : "Nuevo Tango". Un éditeur en qui j'ai une absolue confiance. Des titres d'A. Piazzolla, A. Troilo, Quinteto Real, R. Goyeneche...
Pour le reste, d'autres chroniques mais dont je n'ai rien à dire...
- ... de même que pour l'insubmersible "Le meilleur pour la fin"... une belle obstination qu'on doit saluer, quoi qu'on en pense !

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil