dimanche 12 mai 2019

dimanche 12 mai - le dernier opus de teodoro anzellotti...

Vendredi, fin d'après-midi, au Parvis. On cherche si... par hasard... un album... nous ferait signe : ici, de l'accordéon... là, quelque chose qui attirerait notre attention : par exemple, un interprète que nous apprécions, un compositeur que nous avons envie d'écouter... Bref ! on farfouille... C'est alors que le responsable du rayon des cds de jazz et des musiques du monde vient à notre rencontre. L'air plutôt content.

"Bonjour ! Je suis content que vous soyez passés... J'ai reçu un disque dont je ne connais ni l'auteur, ni le style, mais qui pourrait vous intéresser. Je vais vous le chercher. Je l'ai mis de côté à votre intention ". Sympa...

Il revient avec l'objet : "Tourbillons de Rameau", Teodoro Anzellotti, accordion Bugari Spectrum, Music Edition, Winter et Winter, 2019 WDR.

Evidemment, on a envie de faire l'essai, sans même écouter le disque. On a confiance. On connait bien Anzellotti. On ne l'a jamais écouté en direct live, mais on a une bonne connaissance des huit disques de lui que nous avons. Sept édités sous label Winter et Winter, et un, de 1999, sous label WDR, qui semble-t-il est le même éditeur. Ce label suffirait à donner confiance. Rien que de
beaux objets culturels.

Bon ! Pour l'heure, après deux écoutes, on en est au début de la phase de découverte. C'est trop peu pour en savourer le plaisir que l'on a pris à cette écoute ; c'est assez pour se persuader que ce plaisir sera intense. J'y reviendrai donc. Mais pour l'heure quelques mots de description.

Le programme du disque comprend 27 morceaux pour une durée de 67:26 minutes. Ces 27 titres se répartissent ainsi : toutes les interprétations sont d'Anzellotti. 21 sont des interprétations de compositions de Rameau ; 6 sont des œuvres originales de 6 compositeurs contemporains qui sont pour ainsi dire des variations sur des œuvres de Rameau. Un mixte donc d'œuvres disons classiques et bien connues et, en alternance, d'œuvres, inédites, qui sont à découvrir. Ce programme est une réussite. J'y reviendrai.

En attendant, on retrouve avec bonheur dans cet album le style de T. Anzellotti. Une expression me vient à l'esprit pour le qualifier : de l'accordéon au scalpel. Peut-être faudrait-il y ajouter l'éclat du diamant et, si j'ose dire, sa rigueur classique. Avec Anzellotti, l'accordéon est vraiment un instrument polyphonique. Avec deux claviers.

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil