samedi 19 janvier 2019

samedi 19 janvier - où il est question de william sabatier et alli...

Je me rappelle. C'était aux environs de mi-novembre. Françoise avait repéré sur Facebook l'annonce par William Sabatier  de la sortie de son dernier cd. On n'avait pas hésité. On avait passé illico commande au Parvis. Depuis, on a accumulé les contretemps et autres obstacles. On avait presque fini par se décourager et l'on envisageait de passer commande à Amazon. Quand... hier en fin d'après-midi, alors qu'on pousse le caddy entre les rayons de l'hypermarché, un sms nous informe que notre commande est à notre disposition. On n'y croyait plus...

Forcément, on a commencé à explorer les titres de l'album. Nos a priori sont évidemment plus que favorables et notre première écoute ne fait que les renforcer. C'est un beau disque, un bel album. Pour l'instant, c'est le temps de la découverte. Mais, en attendant d'affiner notre prime écoute, quelques mots à partir de quatre images pour se donner une première représentation, une première impression...

Le titre de l'album : "Piazzolla-Piaf / William Sabatier, Quatuor Terpsycordes", 2018 Outhere.  De toute évidence, un bel objet esthétique, pas seulement musical : emboitage blanc mat avec une fenêtre ronde centrale où apparait la décoration d'un bandonéon. Un objet qui se déplie et que d'emblée j'ai plaisir à déplier.


Quelques lignes d'introduction en anglais et un texte informatif / explicatif  de quelques pages (autres versions en français et espagnol) de William Sabatier. Garantie de qualité de l'exposé tant au plan expérientiel que théorique. Sur le volet gauche, le nom des membres du quartet Terpsycordes - violon, violon, alto, violoncelle - et celui de W. Sabatier. A droite, les douze titres répartis en quatre parties : "Les hommes de Piaf" de W. Sabatier ; "Four for Tango" d'A. Piazzolla ; "Five Tango Sensations" d'A. Piazzolla et "Escualo". Toutes pièces, hormis "Four for Tango", pour bandonéon et quartet à cordes.



Le texte introductif en anglais, les portraits des cinq musiciens, le bandonéon et le disque, tout noir. Rigueur et sobriété : très "classe"...


Enfin, une image, en haut, de l'extérieur de la pochette recto  / verso ; en bas, des couvertures du livret d'une dizaine de pages dans chacune des trois langues.

 
Un objet raffiné, manifestement longuement et minutieusement conçu et réalisé. Forcément, j'ai envie de l'écouter dès que Françoise sera revenue de faire quelques courses. Pas question en effet de ne pas l'écouter ensemble. Mais, je l'entends ouvrir la porte d'entrée. On va goûter...

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil