mercredi 6 mars 2019

mercredi 6 mars - ...à propos de l'album "le pari des bretelles"

J'ai dit il y a peu toute la haute estime en laquelle je tiens un disque que je viens de découvrir grâce au responsable disques du Parvis : "Le pari des bretelles", Mirare 2018. Quelques mots sur cette œuvre et sur mon admiration.

A l'origine du projet, l'accordéoniste Félicien Brut. Au tour de lui, un quatuor, le Quatuor Hermès. Auquel s'associe le contrebassiste Edouard Macarez. Un quintette à cordes donc autour d'un  accordéoniste. Donc, un sextuor au projet duquel s'associent disons en coulisses Thibault Perrine, compositeur, et Florent Ollivier, direction artistique et prise de son.

Un livret descriptif et explicatif donne tout son sens à l'écoute. C'est en effet un album mûrement pensé et conçu qui mérite commentaires. Un texte qui donne de la profondeur à l'écoute : studium et qui décuple le plaisir de la découverte esthétique : punctum. 

Le concept qui fonde cet album est illustré par le travail de Bartók, de Grieg, de Dvorak, de Falla, par leur mise à jour et leur écriture originale des musiques populaires, mais aussi par celui de Murena, d'Azzola, de Viseur ou de Privat. Musiques populaires et musiques savantes comme deux sources de la permanence du style musette.

De ce point de vue, qui donc propose une nouvelle rencontre entre musique savante et musique populaire, il est intéressant de découvrir pas à pas le programme de l'album, dont on doit rappeler qu'il s'agit bien d'un pari. Donc d'une démarche et d'une entreprise risquées ; en tout cas volontaristes :

- "Suite musette", composition de Th. Perrine à partir de thèmes du musette "revisités". Cinq moments jubilatoires.
- "Ouverture sur des thèmes juifs, opus 34" de S. Prokofiev.
- "Un américain à Paris" de Gerschwin.
- "Milonga del Angel" de Piazzolla.
- "Petite suite française" de  R. Galliano. Cinq moments où Galliano arrange ses propres œuvres à sa façon.
- "Flambée montalbanaise" de G. Viseur.

Soit, une suite illustrant le projet de F. Brut pour commencer - i.e. une nouvelle vie pour le musette -, puis trois œuvres illustrant la présence du musette - de l'esprit du musette - en Russie, aux Etats-Unis, en Argentine et enfin une suite française à la manière de R. Galliano. Comme une projection vers l'avenir d'un style à naitre en même temps qu'un retour vers les sources. On pense évidemment au new musette, voire au new jazz musette.

Enfin, quoi de plus musette, quoi de plus ancré dans la tradition du musette que la magnifique flambée à Montauban... La boucle est bouclée... Non ! C'est la spirale de la créativité qui est en train de se développer comme une fleur qui se déploie...

Bonne écoute !






0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil