jeudi 18 octobre 2018

jeudi 18 octobre - daniel mille en concert à marmande : "cierra tus ojos"...


Vendredi 12 octobre, Marmande. 20h30, concert de Daniel Mille en quintet. Soit un accordéon, trois violoncelles et une contrebasse. Un accordéon et quatre instruments à cordes. Le programme est grosso modo celui de son album dédié à Astor Piazzolla :"Cierra tus Ojos". On avait hésité à faire la route pour assister pour la troisième fois au dit concert. Troisième fois, après le rocher de Palmer à Cenon, en janvier 2016, et après l'Estive à Foix, en mars 2017. Comment résister à une telle invitation ? Finalement, Françoise a eu raison d'insister. Ce fut encore une fois un concert d'exception. Avec, comme bonus, un moment d'échanges avec Daniel lui même, toujours aussi chaleureux et attentionné. Je me donne le temps de digérer ce moment de pur bonheur avant d'y revenir d'ici peu avec l'appui de quelques photographies.

En fait, mon intention n'est pas ici de me convaincre que ce concert fut un moment d'exception. C'est pour moi une évidence. Il n'est pas question d'argumenter ni même d'analyser le bien fondé de mes sentiments. Il n'est pas question de raisonnement. Simplement, je voudrais ici relever quelques notions qui me viennent spontanément à l'esprit pour m'expliquer à moi-même ce sentiment de perfection que j'associe à ce concert.


 
En première approche donc me viennent à l'esprit les sept notions suivantes, sans ordre d'importance ni de priorité :
 
- impair
- éclairages
- arrangements
- demi-teinte
- puzzle
- reconnaissance 
- photographier
 
1. Impair
 
Alors que les membres du quintet s'installent, impeccables dans leur tenue noire, le conseil de Verlaine me revient en mémoire : " De la musique avant toute chose / Et pour cela préférer l'impair". Et en effet ce nombre de 5 est pour ainsi dire un équilibre parfait, permettant notamment des combinaisons du type 1+4 ou 3+2 ou 3+1+1, etc... Permettant donc maintes variations.
 
 
 
 
 
2. Eclairages

Les éclairages sont l'environnement même de la musique. Ici, ils restent identiques tout au long du concert. Discrets, constants, bien équilibrés. Tout le contraire de ces éclairages variant sans cesse les lumières au point de perturber l'écoute en imposant la couleur de la perception sonore.




3. Arrangements

De morceau en morceau, la qualité des arrangements s'impose. Le travail de Samuel Strouk fait de ce concert un moment d'exception, en tout cas unique tant il est spécifique.




4. Demi-teinte

Cette notion, que j'ai souvent  mobilisée comme critère de jugement, me parait caractériser la musique du quintet. Rien de trop, rien d'excessif, aucune facilité. Une lecture limpide de Piazzolla. Je note que cette même notion est utilisée dans sa présentation du disque par Emmanuelle Honorin. J'ai plaisir à y retrouver cet accord entre nous.

De ce point de vue, "Chiquilin de Bachin" est emblématique de cette notion de demi-teinte. Une version tout en nuances, sans excès ni éclats, à l'opposé de certaines autres, pour ainsi dire hystériques.



5. Puzzle

La succession des titres fonctionne pour moi comme un puzzle. Il y a plus dans l'ensemble qui se construit pièce après pièce que dans leur simple somme. C'est dire que le concert fonctionne comme un système où chaque élément est en interaction avec tous les autres, si bien que chaque morceau est modifié sans cesse par la présence des autres.



6. Reconnaissance

Un des plaisirs majeurs de ce concert, ce fut pour nous, Françoise et moi de reconnaitre immédiatement chaque morceau dès ses premières mesures; non par une reconnaissance du titre littéral, non... Une reconnaissance de la mélodie. Un plaisir rare...

 
7. Photographier
 
Autre plaisir, la possibilité de prendre des photos. On pourrait croire que cette action perturbe l'attention à la musique. Il n'en est rien pour moi. Tout au contraire, la visée focalise et affine mon attention. Et surtout, elle me met en situation d'anticipation, donc de vigilance et de comparaison incessante entre mon anticipation et ce qui advient réellement.
 
Un comportement qui, je dois le dire, est grandement facilité par les éclairages dont je parlais plus haut.
 
ps.- la photo ci-dessus montre que le quintet est devenu sextet... C'est qu'en effet Eric Seva s'est joint au quintet pour un dernier rappel. Une surprise heureuse !
 
 
... Et maintenant, il nous reste "Cierra tus ojos" et le souvenir du concert de Marmande !  
 
 
 
 

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil