jeudi 12 janvier 2017

jeudi 12 janvier - ksenija sidorova : la vénus au bayan

Si le titre de cet article vous étonne, cliquez sur le lien ci-dessous, vous comprendrez le bien fondé d'un rapprochement qui de prime abord peut surprendre.

https://www.youtube.com/watch?v=2cNnajhj5ts

Mais, j'ai hésité ; j'aurais pu en effet choisir comme titre : "Y a pas de hasard". Je m'explique.

Acte 1. Mardi matin. Je parcours les pages du dernier numéro de la revue "Accordéon et accordéonistes" pour prendre connaissance de cette livraison. Comme pour repérer en quelque sorte par un premier écrémage les articles qui répondent à mes intérêts. Et voilà que, pages 32 à 34, mon attention est alertée par un article - texte et photos - intitulé "Ksenija Sidorova - une femme fatale de l'accordéon". D'autant plus alertée que c'est la première fois que j'ai connaissance de cette accordéoniste née à Riga en Lettonie. Le dit article mentionne qu'elle a trois albums à son actif :

- "Classical accordion", 2011
- "Fairy Tales", 2013
-"Carmen", 2016, Deutsche Grammophon

Mais aussi, trente-cinq concerts dans toute l'Europe en 2014 dans le cadre "Night of the Proms".

J'ai envie d'en savoir plus sur cette interprète couverte de prix et de distinctions.

Acte 2. Mardi, début d'après-midi. On sacrifie au rituel bi-hebdomadaire du charge-caddy à l'hyper Leclerc. On remplit donc le caddy, on passe à la caisse, on va le décharger dans le coffre de la voiture. Mais, le rituel n'est pas encore accompli. Avant de retourner à la maison, détour par le Parvis.

Acte 3. On parcourt en tous sens les rayons des disques, mais en vain. D'accordéon, point. On pense à satisfaire notre boulimie culturelle du côté des bouquins quand, au moment où nous nous éloignons,  le responsable des disques nous appelle...

Acte 4. "Bonjour ! J'ai pensé à vous... J'ai là un disque d'accordéon... Je l'ai mis de côté... ". Et voilà qu'il me présente le disque de Ksenija Sidorova intitulé "Fairy Tales". Forcément, je suis intéressé et je suis preneur. Avec tous mes remerciements pour ce responsable des disques  si attentionné, si attentif aux goûts et désirs de ses clients. Du coup, je commande le disque consacré à Carmen, qui m'intrigue. Je me demande encore comment il a pu échapper à mon attention vu que d'après ce même responsable il est resté quelques jours en présentation. Peut-être était-il classé avec les disques de Bizet, un endroit où je ne cherche pas d'accordéon... Leçon à retenir...

Depuis... nous avons plusieurs fois écouté les dix-sept morceaux de "Fairy Tales". Un cd qui correspond à nos hypothèses : c'est en effet un disque qui s'inscrit dans la tradition de l'école russe, avec une virtuosité et une maitrise technique impressionnantes d'une part, et d'autre part des prises de liberté surprenantes. Parmi les compositeurs, Moszowski, Trojan, Vassiliev, Londonov, des noms inconnus pour moi, mais aussi Grieg ou Mendelssohn. Pour le premier titre : "Caprice espagnol" de M. Moszkowski, les arrangements sont de F. Lips, ce qui permet de le situer ; le dernier est "Oblivion" d'Astor Piazzolla avec J. Lenehan au violon.

Vous comprenez maintenant pourquoi j'ai hésité à titrer cet article "Y a pas de hasard"...

 

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil