mercredi 3 avril 2013

lundi 1er avril - bourg saint andéol : troisième journée...

Dimanche, troisième et dernière journée. Déjà ! A 11h, le duo M&nou, dans un salon de l'hôtel de Digoine. Un lieu étrange et fascinant. Des murs très hauts de couleurs vives. On se croirait dans une serre tropicale. En tout cas, un lieu chaleureux. Comme le duo formé par François Heim, accordéon, et Pascal Thorel, violon. Leur musique est inspirée, directement ou indirectement, de la tradition d'Europe de l'est. Airs bulgares, pièces klezmer, musique tzigane. On sent bien qu'ils se sont approprié toutes ces influences et qu'ils en ont fait leur miel.

- 11h32, le duo se découpe sur un fond de ciel lumineux et presqu'incandescent.


- 11h42. Une posture caractéristique de François Heim, un peu voûté, penché en avant, calme, tranquille, tout à ses mesures interminables.


- 12h02. Il y a bien une danse ou une chorégraphie de François Heim, comme un flux et reflux.




Plus tard, à partir de 14h30, au château Pradelle, que le festival a animé avec la présence des facteurs d'instruments, une conférence de Françoise Jallot, illustrée par le duo MaM, Viviane Arnoux, accordéon, François Michaud, violon.

- 15h01. J'aime bien cette photographie, parce que l'accordéon a la vedette et qu'on sent bien que Viviane Arnoux est à son service. Du moins, est-ce ainsi que je ressens cette image.


- 15h07. Une attitude caractéristique du trio. Françoise Jallot a ouvert une piste et MaM la parcourt de toute son énergie. Festif !


- 15h25. En regardant cette photographie, je pense à cette distinction faite par Joël de Rosnay à propos des systèmes. Il y distingue en effet deux sortes d'énergie : l'énergie de puissance et l'énergie de commande. La première, c'est la force disponible ; la seconde, c'est la capacité d'organisation et de mise en ordre. Je retrouve cette idée dans cette image : puissance de l'accordéon, en particulier le soufflet, d'une part, organisation d'autre part qui se lit dans le regard de Viviane Arnoux. Ce symbole me plait : il dit assez bien la relation entre l'instrument et son guide...


A partir de 17h, au foyer municipal - la boucle est bouclée avec le premier concert -, bal. Bal Adroite Gauche. Un quintet dont je ne connaissais rien ou presque. Alain Reynaud, accordéon, Chris Hayward, flûte, Philippe Euvrard, contrebasse, Isabelle Quinette, hôtesse de bal... et Pierre "Tiboum" Guignon à la batterie. Ce dernier est le seul que je connaissais pour l'avoir écouté et admiré sur l'album "Ivry Port" avec J. Bolognesi et F. Varis.  Je ne pensais pas le rencontrer. J'ai trouvé sa présence émouvante et d'une qualité exceptionnelle. Une fin de festival qui me ravit.

- 17h58. La salle municipale qui semblait impersonnelle et sans charme particulier dévoile, les sièges ayant été enlevés, un carrelage psychédélique. Le quintet est au milieu des danseurs comme dans un cercle magique.


- 18h01. Les musiciens sont montés sur la scène. En bas, les danseurs se déplacent suivant les indications de l'hôtesse et ça tourne rond.


- 18h23... dernière photographie : "Tiboum" dans ses actes... Placide ! Mais il faut se méfier de la force tranquille...

Voilà ! Le festival s'achève. On s'embrasse ; on se promet de rester en contact et de se retrouver l'année prochaine. En partant de l'hôtel, le lundi matin, on retient en riant notre chambre pour l'édition 2014.

2 commentaires:

Anonymous Art a dit...

Great that you have had the occasion of meeting Monsieur Tiboum. His playing is fantastic on BoloVaris' Ivry Port (and on ParisMusette1, I believe).

5 avril 2013 à 15:40  
Blogger michel a dit...

Merci Art pour ce commentaire. "Tiboum" joue en effet sur la valse "Modulante", n° 3 de Pris Musette 3.
Merci !

6 avril 2013 à 01:47  

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil