jeudi 17 mars 2011

jeudi 17 mars - accordéon liturgique

Il y a quelques mois, je ne sais plus précisément ni comment, ni quand, j'avais croisé à l'occasion d'une promenade dans le monde de myspace un site, qui avait immédiatement retenu mon attention. Son titre ? "Accordéon liturgique". Le nom de l'accordéoniste ? Philippe Borecek. J'avais alors écrit à celui-ci pour savoir si son cd était disponible. Il m'avait alors répondu qu'il n'avait pas enregistré de disque. Mais qu'il y pensait... J'avais donc rangé ma question en attendant un enregistrement éventuel.

Il y a trois ou quatre mois, Françoise, à son tour, ayant rencontré "Accordéon liturgique" sur son chemin, a pris contact avec Philippe Borecek. Quelques échanges s'en sont suivis, au cours desquels j'ai appris d'une part qu'un cd du nom d'"Accordéon liturgique" était en préparation - en fait il a été enregistré en l'église de Collemiers en septembre 2010 - et d'autre part que ma question avait incité Philippe Borecek à se lancer dans ce projet. Information qui, forcément, m'a fait plaisir.

Bref ! Dès que l'annonce de la sortie du cd nous a été faite, nous l'avons commandé. Et ce matin, à midi pile, il était là.

Comme on peut le voir, l'objet frappe d'emblée par sa simplicité classique. Un univers de cathédrale ; un jeu de lumières naturelles qui connotent la spiritualité. On apprend sur le site myspace de Philippe Borecek que les pièces de cet album sont toutes destinées à être jouées dans des églises ou, je suppose, des cathédrales. Mon imaginaire les situe plutôt dans des mondes gothiques ou baroques.

On trouve dans l'album un livret succinct, mais précis, des compositeurs. On sent qu'il s'agit d'un projet, comment dire ?... puissant, on sent qu'il s'agit d'un engagement personnel profond. J'ai l'intuition que l'enjeu est à l'opposé d'un simple divertissement.  



Parmi les compositeurs choisis pour cet opus, je relève des noms qui me sont connus comme Bach ("Toccata et Fugue en ré mineur BWV 565") ou Zolotarev ("Le monastère de Firaponte") ou encore Mozart ("Ave Verum") et Piazzolla ("Ave Maria") ; d'autres m'étaient étrangers, comme Buxtehude, Trojan ou Boellman.

Je n'ai écouté les morceaux de cet album qu'à deux reprises, c'est insuffisant pour en tirer tout le plaisir possible. De cette écoute, j'ai cependant retenu un jeu qui apparente l'accordéon à l'orgue, un orgue portatif, mais avec une réactivité souvent absente, à mon goût, dans l'accordéon de concert. N'étant guère croyant, je ne dirais pas que ce disque peut m'inciter à la prière, mais je dirais volontiers qu'il prépare à la méditation ou qu'il l'accompagne. Bref ! C'est un beau disque, de rigueur et d'exigence.

Pour s'en convaincre, il suffit de suivre le lien... Un beau site !

http://www.myspace.com/philippeborecek

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil