lundi 3 mai 2010

mardi 4 mai - pulcinella à croix baragnon : sept photonotes de vox populi

Mon intention première était de m'en tenir à une description factuelle dans un premier post, puis de développer et d'approfondir nos impressions dans un second temps, en commentaires de photonotes. Mais je me suis vite rendu compte que la distinction entre un point de vue objectif, les faits, et un point de vue subjectif, nos sentiments, était purement abstraite. En réalité, toute description est déjà conditionnée par l'état affectif que l'on a éprouvé et que l'on éprouve encore au moment de l'écrire. C'est vrai pour le concert de Pulcinella, "Vox Populi", à l'Espace Croix-Baragnon ; c'est vrai pour le concert de Richard Galliano, Tangaria, à Carcassonne.

C'est pourquoi finalement je préfère m'en tenir à un choix de photonotes qui me paraissent significatives et caractéristiques de ces deux moments de si grand plaisir, en réduisant au maximum le commentaire.

Il est 20h28. Le concert doit débuter dans deux minutes. On entend déjà des bruits en coulisses, comme des échos d'une conversation entre les musiciens. Ils vont entrer en effet sur scène en mimant une conversation intense entre eux, conversation commencée derrière le rideau et continuée sur scène. Pour l'instant, c'est le moment magique où j'imagine que les instruments, eux aussi, ont le trac. Je crois les voir bouger. Je ne crois pas que ce soit l'effet d'une illusion provoquée par les essais du technicien des éclairages.

20h59.

21h00.

21h04. Le profil, le projecteur, une main dans la lumière, une main dans l'ombre, la tonalité de la couleur. Cette photographie me plait bien.

21h18. Image caractéristique du quartet. Saxophone ou flûte en pointe avancée, flanqués de part et d'autre par la contrebasse et l'accordéon. En arrière-plan, batterie et percussions.




21h34. Autre image : trois regards vers l'accordéoniste. Quelque chose se trame, quelque chose se tisse sous les yeux du public.



21h43. Autre image qu'il me plait de regarder, parce qu'elle représente bien une attitude caractéristique de Florian. Comme un moment d'introversion.









0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil