mercredi 6 janvier 2010

jeudi 7 janvier - le père noël fait du rab'

Le 30 décembre, j'avais commandé deux cds à la boutique en ligne "accordeon-musicstore.com", dont Thierry Descaillot assure la gestion. Impeccable gestion (clarté du catalogue, lisibilité des procédures, suivi des commandes, etc...) : j'ai pu le vérifier à travers plusieurs commandes. Bref, sur le coup d'une heure trente, cet après-midi, le claquement du volet de la boite à lettres me signifie que le facteur vient de passer et de déposer "quelque chose". Ce "quelque chose", c'est bien le colis que j'attendais. Il me suffit de regarder l'adresse de l'expéditeur pour le vérifier.

A l'intérieur, la facture, les deux cds que j'avais commandés et un exemplaire de "Djangobrasil" comme cadeau en contrepartie des 100 points que j'ai obtenus par mes commandes précédentes. Un geste fort sympathique. Les deux cds sont deux albums portant respectivement en titre "Mamiwatta / trio Jazz / Magie Blanche" et "La Mamiwatta / Sirènes".

De ces deux opus, je ne sais absolument rien, sinon qu'ils font partie du catalogue "accordeon-musicstore.com" et que cela m'avait paru suffisant pour prendre le risque de les commander. Je découvre donc que dans les deux cas il s'agit de la création d'un trio : Patrick Revelli, accordéon, Bernard Suchel, orgue et clavier, Pascal Fraioli, batterie. "Magie Blanche" a été enregistré les 6 & 7 septembre 2004 au CNR de Saint-Etienne. "Sirènes" a été enregistré le 1er décembre 2007 en conditions live, hormis deux pistes, 4 et 10, à Lyon, le 10 mars 2007. La feuille de présentation précise que Patrick Revelli joue sur accordéon Cavagnolo ; pour Bernard Suchet, on lit orgue Hammond & KeyB ; quant à Pascal Fraioli, son nom est orthographié Fraïoli, ce qui sonne plus provençal.

Mais l'heure tourne, inflexible, irréversible, et je dois aller rendre visite à mes vieux parents, à Nay, à la maison de retraite Saint-Joseph. Mon père tournera la quatre-vingt-neuvième page de sa vie dans moins d'une semaine et ma mère le suivra de près. A cet âge, il semble que la vie ne se maintienne que par miracle à force de soins attentifs et permanents. Ils disent qu'ils sont las de la vie, mais je dois dire que je ne me représente pas clairement ce qu'ils entendent par là, car maints indices me montrent qu'ils tiennent à cette vie qu'ils jugent parfois trop longue.
Avant de partir, je propose à Françoise d'explorer un peu l'un et l'autre album. "Pas question ; j'attends ton retour...".
A mon retour, nous écoutons quelques morceaux de "Sirènes", le plus récent des deux cds, puis quelques uns de "Magie Blanche". Nous sommes d'emblée frappés par l'homogénéité du trio, par l'unité du style de jazz qu'il joue, par la complémentarité de l'orgue Hammond et de l'accordéon, en quelque sorte la rencontre de deux saveurs : le sucré et l'acide. Mais décidément le coeur n'y est pas. Les retours de Nay me laissent, comment dire ?... sur le flanc, lessivé, rincé, cuit... Un mixte de tout ça, qui rend toute tentative d'écoute, et peut-être même tout effort d'attention illusoire. Mieux vaut attendre des conditions meilleures. Je sens bien en effet que ces deux albums méritent toute ma disponibilité.



0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil