mercredi 26 juin 2019

jeudi 27 juin - ... en ces temps de canicule...

Ce mercredi 26 juin, la France est écrasée sous le feu  de la canicule. Reste, sur la carte météo, une seule zone verte : les Pyrénées atlantiques. Une partie de la tribu est à Hossegor, une autre partie est retenue à Toulouse qui lutte contre la chaleur excessive qui accable la ville. Quant à moi, j'ai à faire à la maison, à Pau. Par exemple, ramasser la quantité extraordinaire de prunes produite par l'énorme prunier qui se tient devant la terrasse. Il est monstrueux. Je l'appelle "le prunier à six troncs". Mais je suis le seul à m'amuser de le nommer ainsi. Toute la famille y est très attachée : ses branches dénudées laissent filtrer une lumière douce l'hiver ; ses mêmes branches nous protègent des excès du soleil en été. Une douce lumière verte et grise.

Ce mercredi matin, je me suis levé peu après six heures pour ouvrir les volets et aérer la maison.

Toute la matinée, il a fait bon : 23 degrés. Nous sommes épargnés. Mais voilà qu'en milieu d'après-midi, c'est tout à coup la fournaise. La température sous abri s'affiche à 33 degrés. Vite ! Aux abris !

Que faire ? La sieste… en écoutant encore et encore l'album de Serena Fisseau et Vincent Peirani :"So Quiet". Finalement, je le passe trois fois de suite. D'écoute en écoute en effet ma fascination augmente. Je trouve dans l'enchainement des quatorze morceaux une infinité de nuances et une identité que je ne cesse de repérer et d'approfondir. Une musique sans esbrouffe. Tout en retenue. Une musique d'intimité.

Ce qui me frappe au plus haut point; c'est le génie de Vincent pour créer des pulsations. En quelques notes, tout est dit. La complicité du duo est d'une telle évidence ! Musique de souffle : soufflet de l'accordéon, souffle de la voix. Souffles multiples des langues chantées par Serena ; souffles subtils en leur diversité des différents instruments pratiqués par Vincent : accordéon, accordina, Wurtlitzer, piano, music box et voix, etc... Musique de complicité, musique chuchotée, musique pour un secret partagé.

Pour ma part, à cette heure, j'apprécie au plus haut point sept morceaux. En attendant d'autres admirations. Le jeu des pulsations comme un fil rouge.

- 03. "What A Wonderful Word"
- 05. "La Tendresse"
- 06. "La Bourdique"
- 08. "Malandrinha"
- 09. "Luiza"
- 12. "And I Love Her"
- 13. "3 petites notes de musique"

Avec des échos entre les morceaux comme  les pièces d'un puzzle. Par exemple entre "La Tendresse" et "3 Petites notes de musique". A noter d'ailleurs que ce titre, "La Tendresse" pourrait être celui de l'album même tant ce sentiment donne sa couleur à cet opus tout entier.

Sans oublier "La Javanaise" et avec un coup de cœur spécial pour "La Bourdique" d'André Minvielle. Une voix de pays si l'on peut dire.

Sans oublier non plus "3 Petites notes de musique". Un titre emblématique de l'album, au même titre que "La Tendresse".

Bon ! J'enregistre mon article ; je l'imprime et je vais déjeuner… "So Quiet" !













0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil