jeudi 21 avril 2011

jeudi 21 avril - ... y pas que l'accordéon : deux gorostarzu au casino d'hossegor

Bon... Quand on a rénové la villa d'Hossegor, j'avais voulu que l'on fasse une terrasse. C'était mon rêve, comme Françoise et Nadja rêvaient d'une cheminée pour faire des grands feux au moment des vacances de Toussaint ou du réveillon de nouvel an. Le problème, c'est qu'une terrasse a le devoir d'être étanche, sinon bonjour les infiltrations. Or il se trouve que justement elle ne remplit pas tout à fait son devoir. C'est pourquoi, ces derniers jours, nous avons dû passer quelques jours à la villa pour mettre la terrasse en eau et vérifier ce qui s'ensuivait.

On ne va pas s'en plaindre. Il y a pire que quitter notre quotidien palois pour poser nos pénates à Hossegor. D'autant plus que les services de la voirie de Pau font dans notre quartier des travaux de mise aux normes du réseau d'eau et que les nuisances sonores et poussièreuses qui en découlent ne sont pas négligeables.

Autant donc profiter au mieux de notre séjour balnéaire. Françoise a retrouvé ses réflexes de lézard qui se dore au soleil. Elle dit ça d'une façon qui fait envie.

http://francoise-rebinguet.blogspot.com/2011/04/bains-de-plage.html

Quant à moi, entre un passage de tondeuse sur la pelouse et plusieurs arrosages, en particulier des hortensias, lauriers et autres mimosas, sans compter maintes autres fleurs dont j'ignore le nom, j'ai écouté de l'accordéon, encore et encore. Pas un bruit dans le quartier. Les seuls artisans sont des peintres. Silence garanti. Une chance, que j'apprécie à sa juste valeur. Du coup, j'en ai profité pour peaufiner mes "notes d'écoute" que j'ai publiées en date du vendredi 15 au mercredi 20 avril.

Mais, ce n'est pas tout. En allant faire quelques courses en ville, Françoise a repéré une exposition au casino. Il s'agit d'oeuvres d'un couple de peintres installés à Saubion, près d'Hossegor, Raphaële et Antoine de Gorostarzu. On est allé voir leurs créations mardi. On a beaucoup aimé. On y est revenu mercredi.

Ci-dessous, le lien vers un descriptif que je trouve bien fait.

http://www.aquitaineonline.com/actualites-en-aquitaine/landes/exposition-raphaele-antoine-de-gorostarzu.html

Et puis, le lien vers le book de Raphaële de Gorostarzu, qui donne une idée complète des oeuvres exposées au casino d'Hossegor. Je n'ai pas trouvé l'équivalent pour Antoine.
http://rocanosse.ultra-book.com/portfolio

Le casino d'Hossegor, entre le canal bordé de pins et l'océan bordé de dunes est d'un style spécifique : construit dans les années 1927 à 1931, on le définit comme néo-basque / néo landais. Blanc et rouge. La piscine fait penser à des peintures de David Hockney.  On imagine Jacques-Henri Lartigue en train de faire des photos de cet univers. Au premier niveau, un restaurant, des bandits manchots et autres machines à sous. Des retraités à la recherche d'émotions fortes et du jack pot. Au niveau supérieur, une vaste salle où est accrochée l'exposition du duo. Exposition qui entrelace les oeuvres de l'une et de l'autre de manière très heureuse.

L'image ci-dessous du salon où a lieu l'exposition donne une bonne idée du style de la décoration intérieure. Au fond, la porte-fenêtre donne sur le canal, dont les eaux sombres font vibrer la lumière en l'adoucissant, ce qui est particulièrement propice à la contemplation.

La peinture d'Antoine de Gorostarzu est de facture classique. Il fait allusion à Balthus en décrivant son propre travail. Ce sont des personnages, en fait des auto-portraits ou des portraits de sa compagne, comme figés, hiératiques, solitaires, absents du monde. On les dirait pétrifiés, tout à leurs interrogations existentielles.
Ces figures se découpent, lumineuses, sur un fond sombre dont les couleurs semblent absorber la lumière. Le temps s'est arrêté. Plusieurs peintures montrent le couple, fusionnel, comme dans un rêve.

Les oeuvres de Raphaële de Gorostarzu montrent des figures fantomatiques, souvent cauchemardesques. Lavis, encres. Fond blanc. Pas d'anecdote. On pense à des dessins d'Henri Michaux ou d'Odilon Redon. Mais aussi à des visages de Francis Bacon.



Parfois, le monde extérieur par le biais d'un reflet interfère avec telle ou telle figure et ainsi l'inclut dans un autre environnement. Jeu de miroirs. Un autre contexte, qui donne une autre étrangeté à ces figures oniriques.

On a eu grand plaisir à voir et à revoir cette exposition. Mais je ne serais pas complet si je ne disais rien de l'accueil. Une jeune fille et un jeune homme, attentifs et attentionnés, soucieux de connaitre nos impressions et d'engager le dialogue à propos des oeuvres exposées. On a parlé de l'exposition, on a parlé architecture du lieu, on a parlé photographies ; ils sont originaires d'Hossegor et ils connaissent Pau ; on habite à Pau et l'on connait bien Hossegor. On a parlé de choses et d'autres. Ils étaient accueillants, affables et même, disons-le, gracieux. On a eu plaisir à discuter avec eux et l'on se disait en quittant le casino qu'ils faisaient exactement, de manière naturelle, ce qu'il fallait pour contribuer à donner une bonne image d'Hossegor.

1 commentaires:

Anonymous Xavier a dit...

Ce fût un véritable plaisir de vous accueillir !
Bonne continuation, et peut-être que l'on se croisera à Pau, ou bien à Hossegor.
Xavier.

25 avril 2011 à 05:03  

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil