jeudi 28 janvier 2010

vendredi 29 janvier - deux éléphants...

-"Tubatuba 2". 2003. Enja CD 9148-2. Treize titres. 62 minutes. Enregistrement, 7 & 8 mai et 1er juillet 2003 au Topaz Studio à Cologne.

Michel Godard, tuba, serpent ; Dave Bargeron, tuba, sacquebute ; Luciano Biondini, accordéon ; Kenwood Dennard, batterie.

- Comme tu le sais, j'apprécie beaucoup Michel Godard et je trouve Biondini très intéressant par sa manière très personnelle de prendre des risques, c'est du moins ainsi que je perçois son jeu. Je pense à "Morton's Foot" de Rabih Abou-Khalil où l'on retrouve Godard et Mirabassi ; je pense à "Rabih Abou-Khalil em português" avec ces mêmes collègues ; je pense au très beau "Terra Madre" avec le saxophoniste Javier Girotto ; ou encore à "Latakia Blend" de Mirabassi avec encore Michel Godard ; sans parler de sa prestation dans l'album "I Cosmonauti Russi" de Battista Lena. Tu peux noter que sa collaboration avec Godard ne date pas d'hier.
- Je vois...
- Donc, puisque tu vois... Tu vois un magasin de porcelaines ?
- Je te vois venir. Un magasin de porcelaine et dans ce magasin j'imagine un éléphant : le tuba ou le serpent de Godard...
- Non, tu imagines deux éléphants : Godard et Bargeron avec son tuba ou, encore plus énorme, sa sacquebute.
- Attends ! J'imagine un magasin un peu plus grand. C'est bon !
- Donc, deux éléphants dans un magasin de porcelaine, légers, délicats, profonds et agiles comme des gazelles. A tel point que l'on finit par oublier leur "hénaurmité". Par exemple, "Sweet Georgia Brown" sonne comme une parade à la Nouvelle Orléans. "Chiacona Intro" sonne comme du Bach. "Pulteney Bridge" est une vraie méditation et "Murmure" me fait penser à un Gulliver chuchotant des secrets à l'oreille d'un enfant. Il faut absolument que je te fasse écouter cet album.
- Et Biondini ?
- Une présence de tous les instants. Tantôt, entre les deux géants qu'il accompagne avec des attentions de nourrice ; tantôt, un peu en avant, juste pour leur faire la route. Et parfois, une esquisse de pas de danse avec les deux pachydermes qu'il entraine dans son sillage.
- Et le batteur ? Comment s'appelle-t-il ?
- Kenwood Dennard. Comme Biondini, toujours présent. Discret, mais nécessaire. Bon ! Tu passes quand tu veux. J'ai fait un petit choix de bières que j'ai mises au frais.

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil