dimanche 3 janvier 2010

dimanche 3 janvier - esszencia

- Allo ! Bonjour ! Tu as un peu de temps ? Je viens de découvrir un disque, "Esszencia", une oeuvre magnifique à bien des égards. J'aimerais t'en parler et te donner envie de venir l'écouter. Si tu es d'accord, je mettrai en carafe un petit Jurançon, que je veux te faire goûter absolument. Ne viens pas à l'improviste. Je veux absolument te faire déguster mes deux découvertes en même temps. Tu vas comprendre pourquoi... Tu m'écoutes ?
- Je suis tout ouïe. J'ai tout mon temps.
- Comme tu le sais, je visite régulièrement le site de Bruno Maurice, pas aussi fréquemment que Françoise, mais au moins une fois par semaine. Il y a quelques jours, à côté d'autres informations, j'ai découvert avec plaisir qu'il avait mis en accueil l'une des photos que j'avais prises au concert Barbara - comme par hasard, il débouche une bouteille - et avec surprise, dans sa discographie, un album qui m'était inconnu :"Esszencia". Sous la photographie de couverture, la mention "indisponible actuellement". Bref... je t'épargne le récit de mes recherches. Au bout du compte, j'ai pris contact avec Jean-Pierre Chalet, qui me semblait être l'un des organisateurs de cette réalisation. Je te montrerai notre échange de courriels. Quelqu'un de sympathique, chaleureux et d'évidence passionné.

http://web.mac.com/jpchalet/Site_officiel/Accueil.html

Re-bref ! Il lui reste quelques exemplaires et il me propose de m'en envoyer un pour environ 9 euros plus les frais de port. En attendant, il m'envoie le lien pour aller sur son site et télécharger directement une sélection de ses oeuvres. Il est pianiste, compositeur et musicologue. Je te donnerai ce lien.

http://perso.numericable.com/jean.pierre.chalet/Le_CD_du_site.html

Re-re-bref ! Samedi, vers 13 heures, un claquement qui m'est familier. Le volet de la boite à lettres. Je n'osais espérer recevoir si vite cet envoi.
Rituel. Je pose l'enveloppe devant moi. Je la regarde. Je note l'adresse de la poste d'envoi, l'heure, etc... Surtout, j'imagine le contenu.

En fait, ce que je trouve à l'intérieur est plus complet que ce que j'attendais. Le cd bien sûr, de très belle facture tant du point de vue graphique que plastique, avec de belles couleurs, mais aussi un courrier fort cordial. Je lis :"C'est avec plaisir que je vous fais parvenir le cd "Esszencia" que vous m'avez demandé, auquel je joins la version courte "Le Son du Goût" réalisée pour être suspendue aux bouteilles de vins illustrés par la musique. Vous trouverez dans celle-ci toutes les analyses des crus choisis qinsi qu'un petit schéma d'écoute permettant de mieux comprendre et percevoir l'écriture de chaque pièce".
-
Je comprends ton enthousiasme. C'est une idée qui ne pouvait que te plaire.

- Tu imagines ça... Comme il y a des étiquettes conçues et réalisées par des artistes dessinateurs ou peintres, étiquettes qui participent au plaisir de la dégustation, on a des créations musicales destinées à "consonner", si tu m'autorises l'expression, avec des vins sélectionnés. Un rêve d'esthète !

- Je rêve !

- Sur la photographie ci-dessous, tu peux voir [il faut imaginer ici que mon interlocuteur dispose d'un vidéotéléphone] d'une part l'emboitage-carton et le boitier du cd, d'autre part "Le Son du Goût", le mini-disque, avec en dépliant la description de chacun des vins sélectionnés et un schéma d'écoute correspondant.

En fait, le projet fondateur de ce bel "objet" est de créer une correspondance entre la culture du vin ou, si l'on veut, une approche oenologique et la musique en tant que mise en forme de sons. Une association entre la vue, l'odorat, le toucher, le goût et l'ouïe. Je note à ce propos que Bruno, au cours des deux concerts Barbara, a toujours débouché ses bouteilles à l'instant "t", en musicien.
Je cite deux passages du mini-guide :"Chaque morceau est représenté par un schéma d'écoute afin de faciliter la compréhension du rapport musique et vin. La répartition des instruments, toujours identique, est... la suivante : clarinette, basson, accordéon, guitare, piano (sauf dans "Saumur" pour accordéon solo)". Entre parenthèses, nous avions déjà eu le plaisir d'entendre Bruno l'interpréter à trois reprises, la dernière fois cet été à Nogaro. Je continue :"La musique de ce disque n'est pas une musique purement descriptive. Elle n'a donc pas été conçue pour que s'établisse à chaque note une correspondance exacte avec un arôme. Liée très précisément aux vins sans lesquels elle n'aurait pu exister sous cette forme, elle s'attache elle aussi aux qualités de richesse, d'élégance et d'équilibre".



Sur cette dernière photographie, tu peux voir les cinq musiciens de la formation CDL+, à savoir Jean-Pierre Chalet, piano, Jean-Jacques Decreux, basson, Claude Louarn, guitare, Frédéric Louis, clarinette, Bruno Maurice, accordéon. La notice ajoute la participation de François Gillardot, clarinette. Le disque a été enregistré les 28-29-30 décembre 1997, Salle de l'Institut, à Orléans. C'est une production "Charlotte Productions", distribution Night and Day.



Bon, maintenant, il s'agit que tu viennes écouter tous ces beaux morceaux. Au total, grosso modo, 75 à 80 minutes de bonheur. C'est une musique très élaborée, très pensée, y compris les moments d'improvisation. Très contemporain et, en tout cas, de toute évidence, la création de musiciens "cultivés", je veux dire par là qui s'inscrivent dans une culture qu'ils connaissent et qu'ils maitrisent, et qui la respectent tellement qu'ils prennent le risque de la continuer. Une musique vivante donc. Tu sais quelles sont mes réticences à l'égard de l'art conceptuel, eh bien, en l'occurrence, je dirais volontiers que c'est une musique fondée sur un concept très clair (clair et distinct dirait Descartes), la correspondance entre les sensations du vin et les sensations sonores, la correspondance entre ces deux dispositifs générateurs de plaisirs, mais qui loin de s'y réduire lui donne une âme en le réalisant. J'ajoute qu'on perçoit aussi à cette écoute en quoi peut consister un travail de création artistique. Ce n'est pas rien.
- Tu me mets l'eau à la bouche...
- Quoi ?
- C'est une façon de parler. Tu peux déboucher ton Jurançon.
- Un dernier mot. "L'Esszencia, la quintessence du Tokaj, vin hongrois préféré de W.A. Mozart est le jus de goutte qui s'écoule naturellement par gravité, sans aucun pressage...". Etc... Quand tu viendras, je te ferai lire la suite et, bien sûr, le livret du cd et le mini-guide du mini-cd. En attendant, il me reste du foie mi-cuit, je prépare des canapés...




0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil