dimanche 20 décembre 2009

dimanche 20 décembre - à propos de "sérendipité"

Comme je parcourais ce matin le numéro 211S, janvier 2010, de la revue "Sciences humaines", numéro intitulé "1989... 2009, le clash des idées", une chronique de la rubrique "Actualité" a retenu mon attention. Il s'agit d'une colonne, page 11, sous le titre "Sociologie, Sérendipité, le mot de l'année".

Le mot, évidemment, m'a intrigué. De quoi s'agit-il ? Issu du mot serendipity, il signifie "don de faire des trouvailles". C'est, dit le rédacteur, la version actualisée de "quand on ne cherche pas, on trouve". Il donne comme exemple de parfait "sérendipiteur" : Christophe Colomb. Cet exemple me donne d'ailleurs à penser que le "sérendipiteur" est plus quelqu'un qui trouve autre chose que ce qu'il cherche que quelqu'un, comme le dit le commentaire, qui trouve sans chercher. Ce n'est pas exactement la même chose. Continuons. Le "sérendipiteur" serait une personne qui sait "à un certain moment tirer profit de circonstances imprévues". Il ne s'agit pas de s'en remettre passivement au hasard, mais de le provoquer et surtout de savoir le reconnaitre pour en tirer parti. Cette notion n'est donc pas sans rapport avec le hasard objectif des surréalistes. Continuons. La "sérendipité" est, dit l'article, un état d'esprit à cultiver pour faire des trouvailles, et je dirais pour en provoquer l'émergence et savoir les débusquer. En tant que telle, cette qualité, disons même cette compétence, n'est pas reconnue par les chercheurs, qui sans doute préfèrent donner à penser que toutes leurs démarches sont rationnelles et contrôlées. Tu parles... Et pourtant, comment ignorer la part du farniente dans les stratégies de recherche ? Comment ne pas voir l'importance primordiale des recontres de hasard... provoqué, méthodiquement provoqué ? Finalement, c'est encore d'école buissonnière et de chemins de traverse qu'il s'agit.

Mais, me direz-vous, quel rapport avec l'accordéon ? Eh bien ceci que lorsque je parcours du regard notre discothèque d'accordéons, je me dis que beaucoup de cds ont été trouvés par une démarche de "sérendipiteur". Cette chronique donne en quelque sorte un fondement théorique à mes divagations. Je me sens donc mieux assuré et décidé à cultiver cette compétence avec méthode. Mais, plusieurs de mes posts en font foi, par exemple celui de vendredi, Françoise a poussé encore plus loin que moi l'exercice de cette compétence. Armée de sa souris fureuteuse, elle traque l'accordéon sous toutes ses formes, animée par une volonté de fourmi insatiable. C'est ainsi que chaque jour lui permet de découvrir de nouvelles trouvailles : disques, concerts, photographies, etc... Trouvailles le plus souvent imprévisibles, fruits d'une chasse méthodique aux rencontres de hasard. Dirais-je que Françoise est une vraie "sérendipiteuse" ? Non, car la connotation "sonne" mal. Mais "sérendipiteure", oui... Et même "sérendipiteure ès accordéon".

Je ne doute pas qu'en lisant cette page, elle sera, comme moi-même, confortée dans sa stratégie. Peut-être même voudra-telle faire apparaitre ce titre sur ses cartes de visites... En tout cas, puisque la période des souhaits approche, on peut faire le voeu, pour 2010, de rencontrer ainsi beaucoup d'accordéons...

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil