lundi 22 juin 2015

dimanche 21 juin - rio loco / fête de la musique à toulouse

Ce dimanche 21 juin, jour de la Fête de la Musique, restera pour nous une date mémorable, pleine de bons souvenirs. Le festival Rio Loco, qui se tient au bord de la Garonne, prairie des filtres, s'était déplacé, toujours sur les berges du fleuve, quai de la Daurade. Les organisateurs de ce festival prestigieux avaient demandé en effet à Lionel Suarez de monter un concert en hommage à Claude Nougaro, pour lequel il avait recruté les deux collègues de son trio, Pierre-François Dufour, violoncelle et batterie, et Kevin Seddiki, guitare. Mais aussi un accordéoniste diatonique venu de la Bretagne, Emile Grandjean, mais aussi René Lacaille et aussi Régis Gizavo.  Résultat : un moment magique, une parenthèse hors du temps quotidien, entre 12h45 et 14h15. Un public considérable. Le bonheur sur tous les visages. Avec la météo en prime, la lumière et la fraicheur des arbres.

On était arrivé en avance, vers midi. Heureuse initiative. On a pu ainsi se mettre dans l'ambiance, trouver une place un peu confortable et assister aux balances des différentes formations. C'est ainsi aussi qu'on a pu échanger quelques mots avec Jean-Yves. Quelques mots, mais suffisants pour maintenir une certaine complicité fondée sur notre goût commun pour l'accordéon.

11h59. Balances. Lionel Suarez, Régis Gizavo, P.-F. Dufour, René Lacaille, K. Seddiki.  Avec Lionel à la basse...


12h07. Exactement le sourire de Lionel.  Tout se présente au mieux.


12h08. Emile Grandjean a rejoint le trio de L. Suarez.


12h13. Derniers réglages.



12h56. L'hommage à Claude Nougaro proprement dit débute à l'instant avec le trio de Lionel. Trois complices qui se connaissent et se reconnaissent à demi-note.


13h05. Le public, assis sur la terre moins que confortable, entoure la scène de tous côtés. Personne ne se plaint d'avoir mal au dos ou au cul malgré la dureté du sol caillouteux... C'est tout dire !


13h00. Cet échange de regards du duo rend bien compte de leur complicité et de leur plaisir de dialoguer.


13h17. Emile Grandjean a rejoint le trio. L'Irlande n'est pas loin des bords de la Garonne.


13h20. René Lacaille n'y tient plus. Il monte sur scène.


13h35. R. Lacaille, accordéon Roland bourré d'électronique et Lionel à la basse. Nougaro à la mode de la Réunion.


14h11. Gizavo, à son tour, est venu arranger Nougaro à la mode malgache. Au fil des concerts, je le trouve de plus en plus émouvant. Un très grand artiste.


Après le concert, on a dit un petit bonjour à Lionel et comme on avait une petite faim, on est allé déjeuner au Florida, face au Capitole où déjà des groupes peaufinaient les balances pour le soir. En tout cas, pour Nougaro, dont l'appartement était à quelques mètres de la place de la Daurade, un bel hommage, dont il faut remercier Lionel Suarez qui l'a organisé à la perfection.

1 commentaires:

Blogger Jyl a dit...

Je vous avait aperçu, de mon poste arrière, prenant vos photos. Je vous remercie pour le clin d'oeil (ou d'objectif?).
Le plus grand régal je trouve et la plus grande émotion fut l'interprétation finale de "Rimes" que j'aurais été capable d'écouter encore bien des fois ...

23 juin 2015 à 12:20  

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil