mardi 3 novembre 2020

"L'envol" , Frédéric Viale

 D'abord, il y avait eu cette intention, après audition, audition et encore audition du dernier opus de Frédéric Viale, cette intention d'en extraire  quelques instants d'admiration pour en faire un texte. Pour en expliciter si possible la qualité spécifique. Mais il se trouve que le fascicule de présentation eu égard à sa qualité m'a pour ainsi dire coupé l'herbe sous les pieds. 

Tout y est dit, sans pour autant en réduire le sens multiple. 

Bref, j'ai modifié mon plan initial. Il suffira pour moi de mettre en évidence et en valeur quelques notions clés capables de suggérer la singularité de "L'envol", qui est d'abord de toute évidence une oeuvre. Une oeuvre de longue haleine et d'obstinée rigueur. 

Notons en premier lieu qu'il s'agit d'une formation nouvelle ou plus exactement mixte - des anciens et des nouveaux - qui combine des qualités multiples et complémentaires :

- F. Viale, accordéon, accordina. Compositions sauf  à titre d'adaptations- belles réussites - deux morceaux, à savoir "Le Sud" et "La Tendresse"

- C. Cailleton, voix

- J. Leprince -Caetano, piano

- N. Neto, basse

- Z. Desiderio, batterie

- N. Veras, guitare, invité 

Un mélange réussi de beaux talents : voix, piano, d'une part ; basse, batterie, guitare


Une musique fortement structurée d'années en années d'expériences et de recherches. Disons de tâtonnements et de rencontres. Une musique qui allie heureusement des choix originaux, libres et complémentaires. Disons une belle création collective, du musette au jazz par la musique latine. 

Mais il n'est que temps d'écouter "L'envol", car c'est bien là l'essentiel, ce pour quoi il a été conçu et réalisé.. Pour notre plus grand plaisir... Longue vie à "L'Envol"...    



0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil