samedi 16 avril 2011

vendredi 15 avril - tangos y milongas, haydée alba : notes d'écoute

Il y a quelques jours, j'ai rencontré, au Parvis, un disque dont l'allure de prime abord a suscité chez moi quelques réticences. J'en ai publié l'image dans mon post du 13. Devant sa couverture, j'étais un peu perplexe. Le titre "Tangos y Milongas" et celui de la collection :"Air Mail Music" me faisait penser à quelque compilation, genre pour lequel je n'ai guère de goût. Sous le titre, le nom d'une chanteuse, qui m'était inconnu, ce qui est plutôt de nature à me donner envie d'en savoir plus... Et puis deux étiquettes : "choc classica" et "télérama" qui ont encore renforcé cette envie. Au dos, il est question de textes de Jorge Luis Borges, mais surtout la liste des musiciens emporte ma décision : Gustavo Beytelmann, piano, Omar Espinosa, guitare, Per Arne Glorvigen, bandonéon, Hubert Tissier, contrebasse. Quinze morceaux entre 2:13 et 4:01.

Bon, finalement, un cd que je ne regrette pas d'avoir acheté. Ci-dessous, le site d'Haydée Alba.

http://www.haydee-alba-tango.com/setDisco.htm

Deux documents YouTube donnent une idée du style de cette chanteuse, c'est pourquoi je les cite ici, mais la qualité sonore n'est pas bonne, surtout celle du second.

- Tango, el ultimo café. Haydée Alba, environ 3 minutes
http://www.youtube.com/watch?v=8yUK6WC2fZM
- Balada para un loco (Mar del Plata), environ 5 minutes
http://www.youtube.com/watch?v=xgbj8V1kJcc

Je connaissais déjà Per Arne Glorvigen. J'ai bien retrouvé la clarté et la précision de son bandonéon. Lumineux ! De même en ce qui concerne le piano de Beytelmann. Et puis la perfection de la diction !

J'extrais du livret de présentation deux éléments pour leur pertinence :

- d'abord, ce fait que Jorge Luis Borges n'a jamais apprécié le "tango chanson" qui joue sur la corde sentimentale. A son sujet, il a des définitions comme "lamento de cocu" ou "plainte pleurnicharde". Difficile de trouver plus juste ! A propos des grands titres du répertoire, il parle de "catalogue d'échecs". Parmi ses titres préférés, "El Choclo". Je partage son admiration.
- d'autre part, ces trois lignes, signées Jean-Pierre Bernès (ami de Borges et éditeur de ses oeuvres dans la Pléiade) : "Telle la grande prêtresse d'un culte qu'elle sert avec autorité, avec charisme, avec passion et talent, Haydée Alba restitue à cette musique sa dimension hiératique, au-delà de l'anecdote et des circonstances".

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil