lundi 21 février 2011

mardi 22 février - bonne nouvelle : bide et accordéon

Il n'a pas fallu longtemps à l'équipe hyper-réactive de "Bide et Musique" pour réagir à mon souhait de voir l'accordéon représenté à la mesure de sa juste place dans la programmation de cette magnifique webradio. C'est ainsi que, dès hier soir, j'ai reçu deux courriels que je ne résiste pas au plaisir de citer ici :

 - Merci pour votre mail, vos articles et votre intérêt pour notre radio !
Pour info, je ne sais pas si vous l'avez déjà repéré, voici le programme dédié à l'accordéon : http://www.bide-et-musique.com/program/107.html

- Merci pour votre message et vos encouragements, ainsi que les deux articles sur votre blog que je viens de consulter. Pour information, mais peut-être l'avez-vous déjà remarqué, nous avons un programme dédié à l'accordéon : "Le p'tit bal de B & M" ( http://www.bide-et-musique.com/program/107.html ). Les titres de celui-ci sont diffusés aléatoirement dans notre programmation générale, à savoir 4 ou 5 titres par 24 heures.

Bien entendu, je me suis précipité vers l'adresse de ce programme dédié à l'accordéon. La réalité est à la hauteur de mes attentes : 75 morceaux ! Une caverne d'Ali-Baba. Rien que des perles (de cristal). En plus les dits-morceaux passent de manière aléatoire dans le flux de la programmation générale. Qui dit aléatoire, dit attente plus ou moins imprévisible et donc désir. La sélection d'accordéons de "Bide et Musique" couplée à une programmation aléatoire : une vraie machine à produire du désir. On ne peut pas ne pas penser à Hitchcock et à sa distinction entre la surprise et le suspense, la surprise comme manipulation grossière du spectateur, le suspense comme délice cruel ou cruauté délicieuse de l'attente. On sait que la bombe va exploser, on sait que l'explosion est inéluctable, oui, mais quand aura-t-elle lieu ? De même, en écoutant la radio de "Bide et Musique", on sait qu'on va écouter de l'accordéon, oui, mais quand... et qui ?

Décidément, "Bide et Musique" m'enchante.

ps - Comme je suis en train de recenser les richesses du "P'tit bal de B & M" et, pour ce faire, d'écouter tout en lisant ses paroles l'admirable "Riquita" interprété par André Verchuren, je note que l'enregistrement date de l'année 1968. Et je me dis que le phénomène était bien plus complexe que ce qu'en disent les analyses des sociologues et autres politologues aujourd'hui. Ah ! La coexistence de Cohn-Bendit et de "Riquita" ou des révolutionnaires de Nanterre et de Georgette Plana ! Cours camarade ! L'avenir est à ceux qui sauront faire le grand écart !

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil