jeudi 30 décembre 2010

mercredi 29 décembre - de tango balkanico à barok tango

Comme j'écoutais "Barok Tango" pour essayer de m'en imprégner et aussi, je dois le dire, pour repèrer particulièrement les interventions de JuanJo Mosalini, la couverture de l'album m'a rappelé une autre image, qui lui ressemblait. Les couleurs, la tonalité, la construction, tous ces éléments évoquaient pour moi, de plus en plus précisément, un autre disque... Petit à petit, je me suis souvenu qu'il s'agissait d'un album du même Gerardo Jerez Le Cam, et que JuanJo Mosalini y était aussi présent.


Ce disque en effet, je l'avais classé sous le nom de Mosalini : "Tango Balkanico".

- "Tango Balkanico", Label Ouest, 2008
- "Barok Tango", 2010, ADF-Studio SM 

"Tango Balkanico", présenté sous la signature du Gerardo Jerez Le Cam Quartet, est interprété par celui-ci au piano, Mihai Trestian au cymbalum, Iacob Maciuca au violon et JuanJo Mosalini au bandonéon. Dans la plaquette de présentation, Gustavo Beytelmann écrit ceci :"Aujourd'hui, grâce au talent et à l'originalité de Gerardo Jerez Le Cam, fin connaisseur des secrets du tango et des traditions balkaniques, nous assistons à un processus inverse [à celui qui a fait venir en Argentine des émigrants européens de toutes classes et de toutes origines géographiques ]. Il emmène le tango vers une de ses origines, apporte de nouvelles structures, de nouveaux airs, un instrument (le bandonéon) créant une alternative musicale qui transcende les références et qui peut aisément s'affirmer comme tango balkanique".  

"Barok Tango", plus précisément "Aria Lachrimae Consort / Barok Tango / Musique de Gerardo Jerez Le Cam, avec JuanJo Mosalini, bandoneon et Iacob Maciuca, violon", est présenté par Philippe Le Corf de la façon suivante :"[...] nous avons imaginé d'organiser une rencontre apparemment insolite et pourtant pleine de connivence où la rythmique du tango argentin se soumet au système de basse continue voire à l'écriture de fugue (forme baroque par excellence) et où les timbres des instruments anciens d'amour s'entremêlent avec le fameux chant instrumental du bandonéon". 

Les musiciens sont présentés ainsi :

- Aria Lachrimae Consort : Silvio Falla, violon d'amour, Philippe Foulon, violoncelle d'amour, Philippe le Corf, violone d'amour
- Avec la collaboration de Iacob Maciuca, violon d'amour, JuanJo Mosalini, bandonéon, Gerardo Jerez Le Cam, piano et clavecin.

C'est évidemment, dans l'un et l'autre cas, une musique très écrite, très rigoureuse, dont je dirais, au point où j'en suis arrivé de mon écoute, que le studium, suivant la terminologie de Roland Barthes, l'emporte sur le punctum. En d'autres termes, pour l'heure, le plaisir intellectuel est plus vif que le plaisir lié à l'émotion. L'intention musicologique est plus prégnante que la créativité mélodique, mais tout me porte à croire - intuition ! - qu'au fil des écoutes l'émotion se manifestera. Déjà, aujourd'hui, je me suis rendu compte en changeant de chaine et en écoutant plus fort que d'autres sensations m'étaient perceptibles.

ps : à titre de document, une vidéo Dailymotion où l'on peut entendre un morceau de "Tango Balkanico", "Brabadag".

http://www.dailymotion.com/video/xcdbaj_brabadag-tango-balkanico-jerez-le_music

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil