vendredi 2 avril 2010

samedi 3 avril - accordéon & accordéonistes est arrivé-é-é...

Dernière livraison de la revue "Accordéon & accordéonistes". N° 96, avril 2010. 7 euros. 68 pages. Au bout de quelques jours, je sais bien que j'aurai lu toutes les pages, que dis-je ? Toutes les lignes de ma revue mensuelle préférée. Mais, pour l'instant, je m'en tiens à un choix très subjectif, qui consiste à parcourir en diagonale les articles qui accrochent mon attention.

D'abord, un survol des "Echos", toujours délicieux. Un vrai kaléidoscope. Photographies de groupes avec accordéon ; photographies d'inconnus avec des accordéonistes connus : une manière pour ceux-là de participer à la gloire de ceux-ci. Je pense à tous ces accordéonistes qui rappellent en toute occasion que dans les années 80 ils ont fait la première partie de ... ou qu'ils ont croisé le regard de leur idole en 1988 à Tulle ou quelque part en Corrèze. Touchant.

Puis deux pages signées Françoise Jallot sous la rubrique "Nous y étions" : Les "Temps mêlés de M.A.M." et la "3ème nuit de l'improvisation". Compte-rendu précis et chaleureux.

Ensuite, une enquête signée Philippe Krümm sur la Sacem. Pages 20 à 24. Une sorte de script de propos recueillis auprès de responsables de cette vénérable institution. Il s'agit de l'évolution de la répartition des droits et des remous qui en découlent dans le monde des musiciens de bal. Du rififi dans les soufflets ! Parfois, c'est un peu ésotérique, mais j'ai bien compris qu'il s'agissait de gros sous et, comme on pouvait s'en douter, des astuces pour récupérer le maximum d'oseille. L'esquisse de ces arrangements, que l'on pourrait appeler la triangulation des orchestres de bal, est savoureuse.

Deux pages d'hommage à Art Van Damme.

Deux pages consacrées à Frédéric Viale à propos de son dernier album, "Lames latines". Un disque que j'apprécie beaucoup.

Dans le cahier "Pédagogie", Jacques Mornet développe la Constitution des accords ; il en est à la troisième partie. Dans la sous-rubrique "Découverte Cd", présentation du premier album de Grayson Masefield : on a envie de le découvrir. Et puis, bien sûr, la suite des articles de W. Sabatier sur l'univers du tango : "Anthologia, Juan-José Mosalini : Don Bandonéon". Encore un article qui donne envie. Envie d'en savoir plus, de s'informer, d'apprendre, de comprendre, d'écouter.

Un "Entretien" avec Yasuhiro "Coba" Kobayashi. A la suite de la lecture de cet entretien, je suis allé voir si des disques de cet artiste était distribué par Amazon. J'en ai trouvé cinq, non disponibles actuellement. Cinq seulement, sur une production de plus de trente cds, au prix de 29,95 euros (1), 36,45 (1) et 49,45 (3).

Un autre "Entretien" avec Clifton Junior Chenier. La dynastie Zydeco !

Encore un autre avec Charlie Giordano, un accordéoniste new-yorkais qui déclare préférer l'interaction avec d'autres musiciens que le jeu solo. Un autre article qui donne envie...

Mais encore un "Entretien" avec le Mahala Raï Banda, dont je garde un bon souvenir d'un disque découvert il y a quelques années. Je me rappelle le son "hénaurme" de l'accordéon et des cuivres, encore des cuivres... Plein de trombones ! Un voyage en tsiganie.

Mais, mon coup de coeur, c'est un "Entretien" de Françoise Jallot avec La Bâronne. Trois pages à déguster avec un verre de porto à portée de la main. La Bâronne, c'est l'icône des bals. Un personnage étonnant et attachant. Elle préfère la java et la toupie (manière particulière de danser la valse musette) au tango ("très épuisant, très fatigant, beaucoup plus cérébral") ; elle aime le groupe La Balluche de la Saugrenue et les films français des années 30.

Il y a aussi une page consacrée à Azur Duo, un duo d'accordéonistes, J.-J. Marsot et Th. Ravelli. Déjà dans le numéro précédent il avait été question de ce duo. Je leur avais envoyé un courriel à l'adresse myspace de J.-J. Marsot, je crois, pour leur commander leur dernier album "Chorhino" et, me semble-t-il, un autre. Mon message n'a jamais été lu. Sans doute avaient-ils autre chose à faire...

Page 54, une photographie d'un accordéoniste "dents blanches". Sans commentaires.

Enfin, les "Chroniques" : une colonne pour la rubrique "Chanson", une pour le "Jazz", une pour le "Trad'", neuf pour le "Musette", dont trois relatives à des compilations. Je me demande si cette répartition correspond à une répartition statistique des intérêts pour l'accordéon. A priori, on peut le penser.

J'ai retrouvé "Accordéon & accordéonistes" avec plaisir. J'ai l'impression que le navire a trouvé son rythme de croisière et, si j'ose dire, son style. J'apprécie toujours autant la signature de F. Jallot et celle de W. Sabatier. J'avais bien aimé le dossier consacré au jazz en 2010 et signé Jonathan Duclos-Arkilovitch dans le numéro 93. J'aurais eu plaisir à retrouver sa signature dans des articles, disons des monographies, approfondissant ce dossier.

ps : je suis tombé, jeudi, en traversant le Parvis pour aller acheter des cartouches d'encre d'imprimante, sur un disque improbable. Il est auto-produit. Il a été enregistré il y a tout juste un an. Le nom du groupe est aussi le titre de l'album :"La Bande-Son". Une bande de copains qui a pour projet de jouer des musiques de films. Deux accordéons, deux trombones, un saxophone, une contrebasse et une cornemuse. Leur premier album est consacré à Ennio Morricone. J'y reviendrai.

1 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Bonjour, sur sa bio C.J. = Clayton Joseph et non Clifton Junior...

13 mars 2012 à 03:24  

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil