mardi 13 avril 2010

mardi 13 avril - un duo à géomètrie variable

Je savais bien, pour avoir consulté le site de Pascal Contet, que son duo avec Joëlle Léandre, disque Concord/Grave, 1996 Media 7, était épuisé. J'avais néanmoins exploré plusieurs sites de vente de musique en ligne, mais en vain. Sans renoncer cependant à écouter ce disque qui m'intéressait. C'est ainsi que la semaine dernière, Nadja m'ayant prêté sa carte de la médiathèque José Cabanis à Toulouse, j'ai pu emprunter l'objet de mon désir. Enfin !


J'en ai déjà dit quelques mots dans mon post du dimanche 11, en particulier sur les trois figures du duo, que j'y reconnais : le duo additif, le duo fusionnel et le duo dialectique.

Mais, après plusieurs écoutes, c'est sur une autre caractéristique de cet album que je voudrais revenir. Pour cela, il faut regarder attentivement la liste des titres. Au verso de l'exemplaire que j'ai emprunté, on peut lire la liste suivante :

1. Die Grosse Sonate

2. Air célèbre

3. Un pays, une déchirure

Danses musettes

4. Valse à Léger

5. Java des Bouddhas

6. Tango argenté

7. Valse du Bonhomme d'à côté

...

8. Blue Butterfly

9. Ballad for me

10. Ballad for me 2

Parcours 1/Escale/Parcours 2

11. Parcours 1

12. Escale

13. Parcours 2

Six feux de caractères

14. [premier]

15. [deuxième]

16. [troisième]

17. [quatrième]

18. [cinquième]

19. [sixième]

20. Sans titre

21. Lyrical for you

J'ai respecté la typographie et les espacements relatifs entre les lignes-titres. Mais, en parcourant le livret de présentation, je tombe sur des notes écrites par un précédent emprunteur, qui signale qu'il n'y a que 11 plages et non 21, et qui introduit des modifications dans la liste, comme, par exemple, "Six feux de caractères" qui devient le titre 9 ou le 20 qui devient 10 et le 21 qui devient 11. Autre modification : "Ballad for me" passe de 1:24 à 9:57 ; "Ballad for me 2" de 2:24 à 2:58. Ce ne sont pas des détails, c'est une véritable reconfiguration de l'ensemble, un autre découpage. Je dirais, une autre partition.

Quand je pose le cd sur ma chaîne Denon, elle affiche 11 titres. Je dis bien 11 et non 21. De même, le lecteur Windows Media affiche aussi 11 titres. Non seulement il affiche ce nombre, mais il donne son découpage :

1. Die Grosse Sonate

2. Air célèbre

3. Un pays, une déchirure

4. Danses musettes

5. Blue Butterfly

6. Ballad for me

7. Ballad for me 2

8. Parcours...

9. Six feux...

10. Sans titre

11. Lyrical for you

Mon lecteur Denon et Windows Media sont d'accord et confirment ma propre hypothèse. Et d'une certaine façon, je trouve tout à fait passionnante cette variation et, disons-le, ce flou (comme on parle de logique flou, c'est-à-dire souple, flexible et complexe) dans la liste des titres. Mais ce n'est pas tout : Real Player, sollicité à son tour, me propose une autre liste, qui me semble prendre quelque liberté par rapport au contenu même de l'album. Je lis en effet :

1. Die Grosse Sonate

2. Air célèbre

3. Un pays...

4. Danses musettes

5. Danses musettes

6. Danses musettes

7. Danses musettes

8. Blue Butterfly

9. Ballad for me

10. Ballad for me 2

11. Parcours 1...

Dois-je l'avouer ? Ces variations m'enchantent. Elles introduisent de l'incertitude dans l'écoute, de l'incertitude et donc de la liberté. Caractéristique qui me parait tout à fait congruente au travail d'improvisation des deux musiciens, que je ne qualifierais pas ici d'interprètes, ni même de compositeurs, mais plutôt de créateurs. Qu'il s'agisse de création ou d'écoute, il s'agit de "faire avec" de l'aléatoire. Et surtout avec un rapport variable entre les parties, entre elles et avec le tout.


0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil