samedi 3 avril 2010

dimanche 4 avril - buckwheat zydeco

Hier, entre une matinée consacrée avec Françoise à remettre à niveau le jardin : tondre l'herbe grasse en respectant le mieux possible les fleurs des champs qui ont surgi comme par un phénomène de génération spontanée, nettoyer les herbes folles du jardin de curé, élaguer nos cinq charmes et mettre tous les déchets déchiquetés dans le conteneur vert, entre la matinée donc et la fin de l'après-midi consacrée à l'achat de quelques fringues pour Françoise, après une petite visite au festival de bandes dessinées à Billère, j'ai pris un peu de temps pour jeter un oeil sur les cds au Parvis. Je voulais explorer le rayon de rock basque, avec accordéon, forcément, qui m'était apparu assez richement achalandé. Mais, égaré en euskadi, un album a immédiatement attiré mon attention : un accordéoniste noir, hilare, avec un accordéon, "hénaurme", rutilant et chromé comme un train transcontinental.

- "Buckwheat Zydeco / Lay Your Burden Down", 2009, Alligator Records.

On ne peut pas ne pas penser à Clifton Chenier. Et c'est sans surprise que l'on apprend que Stanley "Buckwheat" Dural Jr a joué avec le roi du Zydeco. Le disque lui-même est sans surprises. Mais, je l'avoue, il me réjouit. L'orchestre est composé de "Buckwheat", accordéon, orgue Hammond, synthétiseur, chant ; de Lee Allen Zeno, basse et voix ; Sir Reginald Master Dural, rubboard et voix ; Kevin Menard, batterie ; Olivier Scoazec, guitare ; Michael Melchione, guitare ; Curtis Watson, trompette. Auxquels s'ajoutent pour tel ou tel titre, un trombone, un saxophone baryton, un piano Wurlitzer, une guitare.

La batterie "assure" sans faiblesses, l'accordéon et la trompette ou le saxophone se répondent et pour varier les plaisirs, pour certains morceaux, l'accordéon acide comme des raisins verts laisse sa place à un orgue Hammond qui flirte avec le reggae.

Je ne donne pas de liens ici, car Google, à partir de "Buckwheat" oriente vers une pléthore de sites. On a l'embarras du choix.

Tout en rédigeant ce petit texte de présentation, évidemment je fais tourner le cd en boucle et, je l'avoue, cette musique me réjouit le coeur. Entre blues, rock et reggae...

Je note, parmi les onze titres, le 5. "Back In Your Arms", 4:29, signé Bruce Springsteen. Emouvant comme une ballade nostalgique. Une voix d'amplitude limitée, mais insistante, au point qu'il est difficile d'en oublier la mélodie obsédante. Et puis, tout de suite après, "Chauffe Buckwheat !". Inutile d'insister. Il ne se fait pas prier.

0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil