dimanche 18 mars 2018

dimanche 18 mars - richard galliano et new jazz musette à moissac...

Moissac, le jeudi 15 mars. Il est 16h56. On a réservé une chambre à l'hôtel du Chapon fin, place des Récollets. Le concert a lieu au hall de Paris, de l'autre côté de la place. A quelques pas. On a déposé nos bagages à l'hôtel. Forcément, on va visiter le cloître. En passant devant la salle du concert... l'affiche.


D'entrée de jeu, Richard Galliano vient prendre place devant le micro. Au bord de la scène. Solo. 21h20. On a noté qu'il y a des concerts où il introduit des commentaires entre les morceaux. D'autres fois, il y a la musique et les morceaux qui s'enchaînent. Ce soir, c'est la musique. Rien que la musique. C'est tout.  Sauf pour un morceau : "Aurore", en hommage à Didier Lockwood;


Toujours solo. Il est 21h26. Formidable présence. Juste un léger essoufflement entre les morceaux. Quel rythme ! Quelle présence ! Quelle créativité !



21h29. Le trio avec Jean-Marie Ecay à la basse et Yaron Stavi à la contrebasse. Deux magnifiques musiciens.


21h31. A nouveau, Richard Galliano solo. Le concert comme une mécanique bien huilée.


21h37. Le quartet avec Jean-Christophe Galliano à la batterie. Un peu en retrait. On pourrait le dire "à l'ombre de son père". Une présence discrète, mais efficace.


21h43. Le quartet tel qu'en lui-même.




22h04.  Richard Galliano et Jean-Marie Ecay. Duo. Avec, Richard à l'accordina. Un moment de complicité intense entre les deux musiciens.


22h14. Le concert avance vers son terme. Encore quelques rappels. Encore un moment rare ! Un moment où nous avons, chemin faisant, reconnu chaque morceau sans être capables d'en nommer un seul titre.


0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil