mardi 18 mai 2010

mercredi 19 mai - trentels 7 : cinq photonotes du duo macias khavarzamini

Cette image me parait décrire parfaitement la disposition du duo tout au cours du concert. Les deux artistes se font face. On pourrait penser à une sorte de jeu de ping-pong. Le public est invité à suivre les échanges dans l'espace qui les sépare. Tout se joue dans l'intervalle qui, d'abord vacant, se remplit de liens, comme une toile d'araignée. Fragile, mais surprenante de solidité. Dix minutes après la première photographie, celle-ci montre encore le duo et je suis frappé par la permanence de leur posture. Claquements secs d'un côté, respiration du soufflet de l'autre. Comme une rencontre de contraires.

21h54. Les couleurs différentes des deux claviers me rappellent à quel point les éclairages sont importants et à quel point ils peuvent modifier la perception auditive et plus généralement l'attention. Par exemple, j'ai observé que la couleur produite par des spots rouges m'est plutôt désagréable. C'est comme si les contours des instruments et des visages des musiciens étaient devenus baveux. Au sens où l'on dit qu'une graphie est baveuse, maculée de bavures.

Soixante-quinze minutes après la première photographie, les positions respectives de Macias et Khavarzamini n'ont pas changé. Je pense que leur fatigue doit être grande tant leur concentration a été sans failles.


22h10. Et en effet la fatigue se lit sur les traits du visage de Michel Macias. Suivant l'expression commune, on peut dire non seulement qu'il a beaucoup donné, mais surtout qu'il s'est beaucoup donné. Improviser : quelle énergie !








0 commentaires:

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil